ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

argent4Voici la répartition de la subvention de l'Etat concernant les municipales du 2 décembre 2012. Somme totale: 243 186 370,07.

Lire la suite

0019

La campagne électorale pour les élections législatives et municipales du 2 décembre est ouverte depuis le 17 novembre. Mais on constate des choses bizarres dans ce «frou-frou» politique : une prolifération de pratiques pour le moins biscornues dans les rues de Ouagadougou. Les usagers de la voie publique découvrent, tôt le matin, avec stupéfaction, des sacrifices insolites à certains carrefours de la cité. Dans des zones comme la ZACA et la ZAD, pratiquement non fréquentées à une certaine heure de la nuit, ces pratiques sont très courantes. Elles ont connu une recrudescence depuis le début de la campagne électorale. Les objets sacrificiels vont des noix de cola et autres cauris, à des parties d’animaux laissées nuitamment sur la voie publique. Inutile de dire que cela donne lieu à des spectacles parfois consternants. Beaucoup de personnes voient derrière ces pratiques des politiciens en perte de vitesse qui espèrent ainsi s’en tirer à bon compte au soir du 2 décembre. Mais à quoi riment toutes ces choses ? A-t-on vraiment besoin de recourir à ces pratiques ? Les auteurs ne gagneraient-ils pas à aller hors de la ville afin d’éviter d’indisposer les autres ? Bref, espérons que dans cette frénésie démentielle, certains ne s’adonneront pas à des sacrifices humains sur l’autel de leurs intérêts occultes…

001800190015

B. L

Page 8 sur 13

Aller au haut
X

Right Click

No right click