ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Simon CompaoreDepuis le début de la campagne électorale pour les élections couplées du 2 décembre, les partis politiques ont contribué à changer la physionomie de la ville de Ouagadougou. Et cela, à travers des affichages pêle-mêle qui ne sont pas du goût du maire de Ouagadougou.

Campagne électorale à Ouagadougou. La ville change de visage. Dans leurs opérations de charme, tous les moyens sont utilisés par les hommes politiques pour faire voir les couleurs et les slogans de leurs partis politiques. C’est donc une sorte de compétition qui se joue aussi à travers les affiches publiques. Les murs, les panneaux de signalisation, les édifices publics, brefs, tous les supports exposés à la vue du grand public sont pris d’assaut par les «envoyés spéciaux» des partis politiques qui y fixent des affiches aux formats divers. Cette pratique, pas si nouvelle sous nos cieux, est-elle légale ? Nous avons posé la question au maire de la ville de Ouagadougou. Il reconnaît que ses services ont de «gros soucis liés aux affiches à chaque ouverture de campagne électorale». La loi, d’après Simon Compaoré, indique clairement que les affichages doivent se faire sur des installations, des supports spécifiques placés à cet effet.

Mais dans la pratique, la mairie dit ne pas avoir les ressources financières nécessaires à l’installation de ces supports publicitaires. Par conséquent, les partis politiques se doivent de se débrouiller comme ils peuvent pour faire voir leurs emblèmes au maximum de personnes. Toutefois, le bourgmestre en fin de mandat, avant de remettre les clefs de la ville à son remplaçant, s’oppose farouchement aux «affichages sauvages»; c’est-à-dire ceux qui sont faits sur les panneaux de feux tricolores, les panneaux de signalisation, les édifices publics, les monuments, etc. Et le maire est d’ailleurs allé un peu plus loin le 22 novembre dernier: «Pour tout vous dire, hier, (ndlr :22 novembre 2012), à 4h30 du matin, en allant au service, j’ai vu au rond-point de la bataille du rail, des affiches d’un parti politique qui avaient pratiquement couvert tout le monument qui a été nouvellement repris. J’étais obligé, avec les femmes de la Brigade verte, qui étaient dans les alentours pour le nettoyage, de procéder à la dépose de ces affiches sauvages, car c’est précisément ce qu’il faut éviter de faire».

Faites-le donc sur les caïlcédras !

Quels sont donc, dans la ville de Ouagadougou, les supports autorisés pour les affiches ? A cette question, le maire propose aux hommes politiques de s’en prendre, pour l’instant, aux arbres, notamment les caïlcédras, comme il y en beaucoup à Ouagadougou. «A ce niveau, il n’y a pas de limitation; ce sont les seuls emplacements sûrs, sur lesquels les politiciens ne doivent pas craindre de voir les agents de la municipalité arracher leurs affiches». A Ouagadougou, les partis politiques qui ont plus de moyens ont porté leurs armoiries sur les affiches géantes généralement gérées par des agences de publicité. Ces supports spécialement installés pour les affiches font partie naturellement des dispositions qui obéissent à la loi. Mais pour tout le reste, les agents municipaux se réservent le droit d’arracher les affiches dans la dynamique d’assainissement et d’embellissement de la ville de Ouaga. «C’est notre rôle régalien, en tant qu’autorités municipales, de faire en sorte que les rues soient fonctionnelles, que les monuments ne soient pas encombrés par des affichages tous azimuts», a indiqué le maire de Ouagadougou. Et il dit être lui-même un acteur de la campagne électorale, même s’il n’est candidat ni aux législatives, ni aux municipales.

PMR

Aller au haut
X

Right Click

No right click