ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

La face cachée du trafic d’armes

Ambargo armes Cote divoire

Le ciel vient de tomber, une fois de plus, sur la tête du Président Compaoré. Lui, médiateur en chef dans la résolution de la crise ivoirienne, a été fortement éclaboussé par le récent rapport du Groupe d’experts des Nations unies. Des armes, exclusivement vendues aux services de la Présidence, ont été découvertes en Côte d’Ivoire, en violation flagrante de l’embargo imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Ce rapport de 191 pages, daté du 14 avril dernier, a dû aussi fortement «secouer» le chef d’Etat-major particulier de la Présidence, le Général Gilbert Diendéré. En février 2012, il avait juré, la main sur le cœur, que «ces matériels (exclusivement destinés au Burkina Faso) ne seront ni expédiés, ni cédés à une tierce partie sans l’autorisation préalable du gouvernement brésilien». Or, le Brésil «n’a jamais donné d’autorisation pour que ces armes dont le Burkina est le destinataire final, soient cédées à la Côte d’Ivoire», apprend-on de sources dignes de foi. Le ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, interpellé par l’Assemblée nationale, a catégoriquement nié les faits. Mais l’exercice était plutôt pénible. La Présidence du Faso a été plusieurs fois accusée, preuves à l’appui, d’avoir trempé dans des trafics illicites d’armes. Voici, selon les experts de l’ONU, quelques dossiers sales de la république. Les faits sont graves, très graves.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

IMG 20180910 WA0000

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click