ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Voici le contenu

Jean Baptiste Oudraogo

Le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, a été ferme: «Si le 10 mars, (date de reprise de la médiation), la majorité présidentielle n’est pas munie d’un mandat du chef de l’Etat, la rencontre durera moins de trois minutes». Dans les hautes sphères du parti au pouvoir, on est tout aussi catégorique: «Le Président Compaoré ne délivrera pas de mandat». Du coup, le médiateur en chef, Jean-Baptiste Ouédraogo, et son staff, sont un peu «perdus». Ils tentent de jongler pour sauver les meubles. Mais pas facile. Ils ont d’abord adressé, le 20 février, une correspondance au chef de file de l’opposition (Voir CC N° 53 du 25 février 2014). Pour inciter les deux parties à revenir à la table de discussions, ils ont brandi, comme argument, le «parallélisme de forme entre l’opposition et la majorité». Une façon de dire que la majorité présidentielle n’avait pas besoin d’un quelconque mandat du Président Compaoré pour participer aux discussions. Mais l’opposition a aussitôt répliqué. Elle a remis, le 5 mars, une lettre confidentielle au président du groupe de médiateurs. Voici le contenu.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

IMG 20180910 WA0000

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click