ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

500 millions F CFA arrosés dans les régions

Argent Affair 50 millionsDécidément, les réformes politiques coûtent cher, trop cher. Et c’est le contribuable qui paie cash ! A-t-il vraiment le choix ? Tenez ! Pour la mise en œuvre des principales «réformes politiques consensuelles» issues des assises nationales, le comité de suivi a décidé, en mars et avril derniers, de faire la ronde des 13 régions du Burkina. Le ministère chargé des relations avec les institutions et des réformes politiques a vite délié le cordon de la bourse. Le budget de cette sortie est de 500 millions F CFA. 500 millions utilisés juste pour organiser des rencontres avec quelques dizaines d’acteurs politiques et de la société civile dans les chefs-lieux de régions. Pour simplement leur parler du niveau de mise en œuvre des réformes. Un travail que la presse nationale avait fait depuis longtemps !

Combien de francs les participants ont-ils empochés ? Selon une note signée par le secrétaire permanent des réformes politiques, Baba Sawadogo, et dont nous avons réussi à obtenir une copie, les participants résidents dans chaque chef-lieu de région ont bénéficié d’une prise en charge journalière de 10 000 F CFA. Et pendant deux jours ! Donc au total 20 000 F CFA chacun, même si, dans la plupart des régions, la rencontre s’est tenue en une journée, selon des témoignages concordants. Les participants non résidents, eux, ont encaissé le double, soit 40 000 F CFA majoré de la somme de 6 000 FCFA et du remboursement des frais de transport évalués à 20 F par km. Et combien étaient-ils, les participants ? 1 458 au total. A ce qu’on dit, à toutes les étapes de la tournée, les participants étaient, et ça n’étonne personne, plus préoccupés par cette manne à distribuer que par les discours des membres du comité de suivi des réformes politiques.

Paul-Miki ROAMBA

Aller au haut
X

Right Click

No right click