ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Salif Diallo crée l’AAIC 

salif diallo 89Voulez-vous savoir les dernières actualités de Salif Diallo ? Et bien, voici quelques-unes: l’ancien «bras droit» de Blaise Compaoré a créé l’Agence africaine d’ ingénierie et de conseils (AAIC), une société de droit nigérien. Il en est l’administrateur général. Et il ne cesse, au fil des mois, de tisser sa toile. Pour le moment, il n’est pas actif au Burkina. Mais au Niger et au Tchad, il a le vent en poupe. Il sera bientôt dans d’autres pays africains. Il regarde aussi du côté de l’Europe où il entend implanter son agence ou postuler à des appels d’offres. Salif Diallo agit surtout en tant que consultant. Son parcours et sa longue expérience politique ont facilité sa tache. Il a su, entre deux rencontres politiques, se tisser des relations d’affaires. Aujourd’hui, il est bien accueilli dans plusieurs palais présidentiels et dîne à la même table que de grands patrons du monde de l’économie et des finances. Avant de créer l’AAIC, Salif Diallo a effectué plusieurs travaux en tant qu’«expert international en gouvernance administrative». C’est d’ailleurs sous cette tunique qu’il a commencé ses interventions dans des projets pilotés par le gouvernement nigérien. Le Président du Niger, Mamadou Issoufou, est l’un de ses «grands amis».

Mais une question taraude l’esprit de ses partisans politiques: l’ancien ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, débarqué du gouvernement en 2008, nommé ensuite ambassadeur en Autriche, suspendu des instances du parti, puis mis au «garage» lors du dernier congrès du CDP, pourra-t-il revenir en force dans la scène politique nationale ? Questions à multiples inconnues. La réunion du bureau politique du CDP, tenue en juin 2012, au CENASA, avait été particulièrement houleuse. Salif Diallo s’en était vertement pris à la Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (FEDAP/BC). Il accusait cette association, dont on dit qu’elle est parrainée par François Compaoré, le frère cadet du président du Faso, d’avoir phagocyté le CDP, avec la complicité de certains responsables du parti. Depuis lors, il avait disparu de la scène politique nationale. Il avait alors posé ses valises au Niger, sans pour autant démissionné du CDP. Mais selon des sources proches de la Présidence du Faso, ses concurrents politiques, François Compaoré en tête, n’ont pas le cœur net. Ils ne savent pas ce que prépare le «dinosaure politique» retranché dans la capitale nigérienne. Il y a quelques mois, le Président Compaoré aurait envoyé, de façon stratégique, des émissaires lui rendre une visite de courtoisie au Niger, pour s’assurer qu’il est bien sous contrôle. Les mêmes émissaires ont rencontré des proches du Président nigérien. Salif Diallo réussira-t-il à effectuer un «come-back» politique ? Pour le moment, il semble n’avoir pas la tête à cela. Il a créé l’AAIC. Et il tient absolument à la mettre sur orbite.

Sandra JOLY

Aller au haut
X

Right Click

No right click