ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

«Si la CEDEAO nous attaque, …»              

oumarAl Qaida au Maghreb islamique (AQMI) se dit prête à en découdre avec les forces de la CEDEAO. L’un de ses commandants militaires, Oumar Amarha, qui a accordé, par téléphone, une interview à Courrier confidentiel, ne mâche pas ses mots: «Nous n’accepterons jamais de dialoguer, ni avec le gouvernement malien, ni avec la CEDEAO. Nous allons répondre par les armes», lâche-t-il en colère. Et ce n’est pas tout. Interview exclusive avec l’un de ceux qui conduiront les opérations militaires de Al Qaida si la CEDEAO passait à l’offensive.

Courrier confidentiel: Comment appréciez-vous les conclusions du récent dialogue entre le mouvement islamiste, Ansar Eddine, et le médiateur de la CEDEAO, Blaise Compaoré ?

Oumar Amarha: Peu importe ce dialogue. L’essentiel se passera sur le terrain. Nous allons répondre par les armes. Si la CEDEAO et ses alliés nous attaquent, ils sauront qui nous sommes. C’est sur le terrain que nous allons répondre, pas autour d’une table de dialogue. Qu’ils nous attaquent et ils verront.

Etes-vous suffisamment armés pour faire face aux forces militaires de la CEDEAO ?

On s’en fout de la CEDEAO, de l’Union africaine et du monde entier. Nous les attendons sur le terrain.

Le médiateur, Blaise Compaoré, a demandé aux mouvements islamistes de rompre leurs liens avec AQMI afin qu’il puisse engager le dialogue avec eux. Qu’en pensez-vous ?

Cela nous importe très peu. Nous ne pouvons répondre que par les armes. Que la CEDEAO et son médiateur le sachent une fois pour toutes.

Ansar Eddine a affirmé, dans un communiqué officiel, qu’il se démarquait de tout mouvement terroriste. Comment AQMI apprécie-t-elle cette décision ?

On s'en fout de Ansar Eddine; même si Ansar Eddine abandonne la charia, vous croyez que nous, nous allons l'abandonner ? Nous allons appliquer la charia à 100%. Le monde entier doit se soumettre à la charia. On s'en fout de la CEDEAO aussi. Qu'ils viennent sur le terrain, ils sauront qui nous sommes. C'est sur le terrain qu'on jugera de la force de frappe de chacun. Nous allons leur montrer qu'ils sont trop petits. Nous n’allons jamais abandonner la charia. Le monde entier doit appliquer la charia.

De nombreux musulmans s’insurgent contre la manière dont vous appliquez la charia...

Il n’y a pas de démi-mesure dans l’application de la charia. Nous allons l’appliquer à 100%.

Comment se portent les otages que vous détenez ?

On s’en fout de vos otages. Si la CEDEAO cherche à nous attaquer, nous allons égorger tous les otages et nous allons embraser toute la sous-région. Qu'elle essaie et elle verra. Nous répondrons par les armes. Nous allons prolonger AQMI dans la sous-région et dans le monde entier. Quand le “travail” va commencer, vous allez voir.

Comment comptez-vous vous organiser face aux forces de la CEDEAO ? De concert avec le MUJAO ?

Bien sûr que nous sommes en concertation avec le MUJAO. Que la CEDEAO foute le camp !

Accepteriez-vous un dialogue direct avec le gouvernement malien afin de trouver une solution pacifique ?

Jamais ! Je le dis et je le répète, nous n’allons jamais accepter un tel dialogue. Nous avons déjà cherché à dialoguer avec le gouvernement malien, mais il a refusé. Il s’oppose à l’application de la charia. Mais personne ne peut nous empêcher de l’appliquer. Et nous allons l’appliquer à 100%. Nous n’accepterons jamais de dialoguer, ni avec le gouvernement malien, ni avec la CEDEAO.

L’Etat malien a déposé auprès de la Cour pénale internationale, une plainte pour «crimes de guerre» contre les mouvements terroristes qui occupent le nord du Mali. Comment appréciez-vous cela ?

Nous ne reconnaissons ni le gouvernement malien, ni la Cour internationale de Justice. On s’en fout du monde entier. Nous appliquerons la charia, de gré ou de force. La charia est plus forte que le gouvernement malien, la CEDEAO, l'Union africaine, la CPI et tous leurs alliés occidentaux. Nous les attendons sur le terrain. L'armée malienne a commis des massacres, mais pourquoi la CEDEAO et ses alliés n’en parlent pas ?

Avez-vous un appel particulier à lancer à la communauté internationale ?

Que la communauté internationale foute le camp ! Si nous sommes attaqués, nous allons égorger les otages, un à un, comme des poulets.

Quel message de paix avez-vous à dire pour terminer cet entretien ?

Je n’ai rien à dire. Qui vivra verra. On les attend sur le terrain. Ce sont les canons qui vont répondre. Pas plus, pas moins. Il n’y a pas de gouvernement au Mali. Il n’y a que de la débauche.

Pas de gouvernement au Mali ? Et celui dirigé par Cheick Modibo Diarra ?

Il n’y a aucun gouvernement. Il n’y a que de la débauche.

De la débauche ? Que voulez-vous dire par là ?

Ce n’est pas un gouvernement. Nous ne le reconnaissons pas. Je le dis et je le répète, ce n’est que de la débauche et de la trahison.

Je vous avais demandé de conclure cet entretien par un message de paix...

Que la CEDEAO vienne ! Nous allons lui démontrer notre force de frappe.


Propos recueillis par Hervé D’AFRICK

Aller au haut
X

Right Click

No right click