ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Y aura-t-il vraiment sanctions ?

latLe Premier ministre Luc Adolphe Tiao avait tapé du poing sur la table, en septembre dernier, et affirmé, avec force détails, qu’il y aurait des sanctions «au plus tard dans le mois d’octobre». Octobre est passé. Et aucune sanction n’a été pour le moment prise, ni rendue publique au point que certains se demandent s’il y aura vraiment sanction. Le Conseil des ministres du 31 octobre a fait le point du rapport transmis par l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE) au Premier ministre. Et on se rend compte que d’importantes sommes d’argent se sont volatilisées des caisses de l’Etat du fait de certains individus ou groupes d’individus sans scrupules. Le Conseil des ministres a encore fait une promesse : «Les dossiers non réglés et n’ayant jusque-là pas connu de suite, d’un montant de 4 208 848 457 F CFA, feront l’objet de traitement approprié dans les meilleurs délais en vue de prendre les mesures idoines au regard des responsabilités dégagées». Voici, à ce sujet, un extrait du rapport du Conseil.

II.1. Le Secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres a fait au conseil une communication relative à l’exploitation de la liste des personnes mises en cause dans les rapports de l’ASCE de 2008 à 2011.

Le rapport fait ressortir un montant total en cause de cinq milliards huit cent sept millions deux cent quatre vingt douze mille huit cent soixante un (5 807 292 861) F CFA concernant 340 personnes citées.

Douze (12) dossiers d’un montant total de neuf cent cinquante trois millions neuf cent mille six cent trente cinq (953 900 635) francs CFA ont déjà été transmis en

Justice.

Neuf (09) dossiers d’un montant de six cent quarante deux millions quatre cent vingt cinq mille trois cent soixante quatre (642 425 364) francs CFA concernent les cas de paiements effectués par les personnes mises en cause, les cas de remises de pénalités de retard et les cas d’extinction d’actions publiques pour cause de décès.

Les dossiers non réglés et n’ayant jusque-là pas connu de suite, d’un montant de quatre milliards deux cent huit millions huit cent quarante huit mille quatre cent cinquante sept (4 208 848 457) francs CFA, feront l’objet de traitement approprié dans les meilleurs délais en vue de prendre les mesures idoines au regard des responsabilités dégagées.

Aller au haut
X

Right Click

No right click