ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

«Dialogue ? A condition que Blaise soit d’accord avec la charia»

mujaoLa CEDEAO réussira-t-elle à chasser, par une intervention militaire, les groupes islamistes qui occupent le Nord du Mali ? Cette question, lourde de sens, n’a aucune importance aux yeux du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest. Le Responsable de la sécurité intérieure du MUJAO, Aliou Mohamed Touré, tape aussitôt du poing sur la table: «La CEDEAO et ses alliés sont trop petits devant nous. Nous allons les neutraliser», dit-il d’un ton ferme. Et le voici qui assène un coup de poignard à la Cour pénale internationale: «La CPI n’est rien, absolument rien ! Nous avons la charia et la charia est plus puissante que la CPI». Message aussi à l’endroit de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne. Le dialogue ? Oui, mais pas à n’importe quelle condition: «Si Blaise Compaoré est d’accord pour que nous appliquions la charia, qu’il vienne alors pour qu’on discute». Et ce n’est pas tout. Interview exclusive avec un homme qui, à moult reprises, avait rejeté notre demande d’entretien.

Courrier confidentiel: Comment s’est passée la fête de Ramadan à Gao ?

Aliou Mohamed Touré: La fête s’est très bien passée. Tous les musulmans du Mali ont prié le même jour. En Algérie, c’était la même chose. Ici, à Gao, la fête s’est déroulée dans la sécurité et dans le calme.

Selon certains habitants de Gao, plusieurs musulmans ont quitté le lieu de la prière. Ils vous accusent d’avoir imposé, ce jour-là, un imam qui portait une kalachnikov en bandoulière. Que s’est-il passé pour que vous en arriviez là ?

Ce n’est pas vrai. La population de Gao est dans la sécurité et la paix. La prière s’est très bien passée. Ce que vous avez entendu n’est que de la rumeur. Je le dis et je le répète: les habitants de Gao vivent dans la quiétude. Ils vivent dans de meilleures conditions. Le prix du pain par exemple a baissé. La miche de pain coûte 100 FCFA. Avant, on ne pouvait l’avoir qu’à 125 francs. Le pain ordinaire, lui, coûtait 75 FCFA, mais maintenant, il coûte 50 francs. Je vous assure qu’ici, on a la sécurité et le calme. Tout se passe bien. La population a très bien compris la charia. Dieu merci !

Pourtant, la charia, telle que vous l’appliquez fait très peur. Vous avez, par exemple, amputé la main d’un citoyen de Gao…

Sa main a été coupée parce que c’est un voleur. C’était vers Ansongo, une localité située à 100 km de Gao. C’est un grand voleur. Il vole les vaches des gens. Les populations se plaignaient de cela. C’est pourquoi, lorsqu’il a été arrêté, sa main a été coupée. Le fait de couper sa main n’est pas un crime. C’est normal. C’est Dieu qui nous a créés. Et c’est le même Dieu qui dit que si quelqu’un vole, qu’on lui coupe la main. C’est tout à fait normal.

C’est tout de même cruel. Vous auriez pu le punir autrement, non ?

Dieu aime ses enfants. C’est lui qui nous a créés. C’est lui qui satisfait à nos besoins. C’est lui aussi qui interdit le vol et qui dit, à ce sujet, que si quelqu’un vole, qu’on ne le tue pas, mais qu’on lui ampute la main. C’est ce que nous avons fait. Et nous sommes convaincus que c’est une bonne chose pour la population. Nous n’avons fait que ce qui a été prescrit par Dieu. Le jeune homme dont la main a été coupée est devenu un vrai moudjahidine. Il est très content.

Vous avez également appliqué, par lapidation, la charia à un couple non marié qui a finalement perdu la vie. Vous ne trouvez pas que c’est excessif ?

Nous avons effectivement entendu cela. Ça s’est passé vers Anguelhok, dans la région de Kidal. Ce qui s’est passé est tout à fait normal. Ce sont les habitants qui ont demandé qu’on applique la charia. Ce n’est pas le MUJAO qui les a obligés à accepter cela. Ils nous ont dit clairement qu’ils étaient d’accord pour la charia.

mujao2Pourtant, avant l’arrivée du MUJAO, la charia n’était pas appliquée comme vous le faites actuellement. Vous avez contraint les habitants de Gao et des localités environnantes à se soumettre à certaines pratiques…

Vous avez raison. Avant, la charia n’était pas appliquée ici. On était seulement musulman de nom. On ne pratiquait pas l’Islam. Mais maintenant, nous sommes de vrais musulmans. Et nous sommes à l’aise. Avant, nous ne faisions que suivre les lois et la politique du gouvernement malien. La situation a changé. Nous sommes désormais des musulmans. Nous pratiquons la charia telle que Dieu l’a prescrite dans le Coran.

De nombreux musulmans dans le monde affirment que vous faites fausse route. Ils disent que la «charia» telle que vous l’appliquez est en déphasage avec les prescriptions du Coran. Qu’en pensez-vous ?

Tout vrai musulman est d’accord avec la charia. Si quelqu’un vous dit qu’il est musulman et qu’il n’est pas d’accord avec la charia, cela signifie qu’il n’est pas un vrai musulman. Certains portent des noms de musulmans mais ils ne sont pas musulmans. Si je m’appelle Ali, Aliou ou Moussa, j’ai un nom de musulman. Mais si je suis réellement musulman, je dois accepter et pratiquer ce que Dieu a dit.

Donc être totalement d’accord avec la charia.

Selon vous, la charia, c’est quoi exactement ?

La charia, c’est la loi islamique. Cela signifie que nous devons pratiquer ce qui est prescrit dans le Coran, ce que Dieu a dit. Par exemple, Dieu dit que si quelqu’un vole et qu’on l’arrête, qu’on lui coupe la main. C’est cela, la charia. Dieu dit aussi que si on attrape quelqu’un qui a bu de l’alcool, qu’on lui inflige 40 ou 80 coups de chicotte. C’est cela, la charia. Si deux personnes non mariées ont des rapports sexuels, on doit leur infliger chacun cent coups de chicotte. Si deux personnes mariées commettent l’adultère, on doit les tuer. Si une personne tue une autre, on doit aussi la tuer. Si quelqu’un vous gifle, il doit aussi recevoir une gifle. C’est cela, la charia !

On vous accuse d’avoir déformé le contenu du Coran. C’est vrai, non ?

Non, nous n’avons pas déformé la parole de Dieu. Nous savons que Dieu est puissant. Nous devons donc appliquer ce qu’il a dit. Si un musulman vous dit qu’il est contre la charia, cela signifie qu’en réalité, il n’est pas musulman.

Pourtant, de nombreux habitants du Nord-Mali dénoncent la manière dont vous appliquez la charia. Vous ne vous sentez pas gêné de les «forcer» à appliquer la «parole de Dieu» ?

Mis à part les drogués, les buveurs d’alcool et les voleurs, pratiquement toute la population du Nord-Mali veut la charia. Il n’y a que quelques-uns qui mènent des pratiques contraires à la charia. Ces gens-là ne peuvent pas empêcher les autres d’appliquer la parole de Dieu. Inch’Allah, nous allons appliquer la charia dans tout le Nord du Mali.

Que devient le MNLA ?

Le MNLA a été repoussé et est actuellement dans une petite localité. Nous ne sommes pas contre la présence du MNLA ici. S’il laisse ses bêtises et accepte l’Islam, le vrai Islam, nous allons lui permettre de revenir. Dans tous les cas, que le MNLA le veuille ou pas, la charia sera appliquée dans toutes les localités du Nord: Gao, Kidal, Tombouctou, etc. Toutes les zones qui sont sous notre contrôle.

Le gouvernement malien et la Fédération internationale des droits de l’Homme vous accusent d’avoir commis des «crimes de guerre» dans la partie nord du Mali. De graves violations de droits humains et des destructions de sites historiques inscrits dans le patrimoine de l’UNESCO. Qu’en pensez-vous ?

Nous avons pris les armes dans le seul but d’appliquer la charia. Nous ne feront rien qui soit contraire à la charia. Nous nous en foutons de la CEDEAO, de l’Union africaine et de leurs alliés. Nous nous en foutons du monde entier; nous ne rendons grâce qu’à Allah, le Tout-puissant.

Les actes que vous avez posés sont pourtant graves. Si bien que le gouvernement malien a saisi la Cour pénale internationale. Vous ne vous sentez nullement inquiétés ?

La Cour pénale internationale n’est rien devant nous. Absolument rien ! Nous avons la charia et la charia est plus puissante que la CPI.

Vous plaisantez ou quoi ?

Je ne plaisante pas du tout. Rien, absolument rien, n’est au-dessus de Dieu. Ni la CEDEAO, ni l’Union africaine, ni l’Union européenne, ni la CPI. Rien ! Nous avons Dieu avec nous et il n’y a pas plus puissant que Dieu. Comme je vous l’ai déjà dit, nous allons appliquer la charia. Personne ne peut nous empêcher de le faire. Personne !

mmjaoQue pensez-vous d’une intervention militaire de la CEDEAO qui étudie actuellement la possibilité de vous dégager du Nord du Mali ?

Face à nous, la CEDEAO est petite. Trop petite ! Trop trop petite ! La CEDEAO ne peut pas nous dégager d’ici. C’est impossible.

Vous êtes très armés alors ?

Notre armement est constitué de sabres et de haches. La CEDEAO, l’Union africaine et l’Union européenne vont bombarder à partir du ciel. Nous, nous serons au-dessus du ciel et c’est étant au-dessus du ciel que nous allons les bombarder. Elles sont trop petites devant nous. Trop petites, je vous dis !

Trop petites ? Disposez-vous donc d’un armement lourd ? D’où viennent vos armes ?

Nous n’utiliserons pas d’armes lourdes. Vous connaissez les sabres ? C’est ce que nous utilisons pour tuer les gens, et c’est avec ça que nous allons neutraliser la CEDEAO et ses alliés.

Comment, avec des sabres, pouvez-vous faire face aux bombardements de la CEDEAO ? Vous avez, dit-on, des armes que vous cachez dans le désert…

La CEDEAO et ses armes ne pourront absolument rien nous faire. Il suffit que nous invoquions le nom de Allah pour neutraliser la CEDEAO. Nous allons mettre fin à son offensive, quel que soit le type d’arme qu’elle utilisera.

On vous accuse également d’entretenir des liens avec Al Qaida. Qu’en est-il ?

Je le confirme. N’importe quel vrai musulman doit être du côté de Al Qaida. Dans le monde entier, tant qu’il y aura un vrai moudjahidine, nous serons avec lui.

Al Qaida a commis plusieurs attentats à travers le monde, provoquant ainsi de nombreux morts et de nombreux dégâts matériels. Comment pouvez-vous vous accommoder avec un tel mouvement alors que vous prônez le respect de la «parole de Dieu» ? C’est paradoxal, non ?

Si une personne armée vient pour vous tuer, qu’allez-vous faire ? Vous allez l’observer sans réagir ?

Vous voulez dire qu’Al Qaida fait de la légitime défense ?

C’est exactement cela.

Que pensez-vous de la médiation que conduit le Président Compaoré ?

Nous accepterons de négocier à une seule condition: que le médiateur, Blaise Compaoré, accepte que nous appliquions la charia. Concernant la charia, il n’y a pas de demi-mesure. Nous ne pouvons pas être d’accord avec une partie du Coran et refuser ce qui est dit dans l’autre. C’est l’ensemble que nous devons appliquer. Quoi qu’il advienne, nous allons appliquer la charia. Si le médiateur est d’accord pour cela, qu’il vienne pour qu’on négocie. Nous ne pouvons pas abandonner l’application d’une partie du Coran parce qu’on nous demande d’entamer des négociations avec la CEDEAO ou l’Union africaine.

Le médiateur vous demande également de couper vos liens avec Al Qaida afin qu’il puisse entamer les négociations avec le MUJAO et les autres forces en présence dans le Nord. Etes-vous d’accord pour cela ?

Absolument pas ! La CEDEAO a une mauvaise perception de Al Qaida. Les membres de Al Qaida sont des musulmans. Nous avons donc des musulmans à nos côtés et non des terroristes comme tentent de le faire croire la CEDEAO, l’Union africaine et les autres. Nous sommes tous des moudjahidines et nous sommes tous prêts à mourir pour la charia.

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, a effectué, le 7 août dernier, une visite à Gao et Kidal afin de préparer le terrain pour un dialogue entre les différentes parties. Etes-vous satisfait de cette visite ?

Il est venu, il a parlé et il est reparti. Il est très gentil. Il a dit des choses que nous sommes en train d’examiner. Je ne peux pas vous donner plus de précisions pour le moment.

Avez-vous du fond du cœur autre chose de spécial que vous souhaitez dire pour terminer cet entretien ?

Il n’y a pas deux catégories de musulmans. Ou on est musulman ou on ne l’est pas. Cela est valable, qu’on soit au Mali, au Burkina Faso, en Arabie Saoudite, en Amérique, etc. Nous devons tous appliquer la charia, quelle que soit la partie du monde où nous nous trouvons. C’est ce que nous faisons ici, à Gao et dans d’autres localités du Nord du Mali.

Vous allez donc continuer d’amputer des mains de voleurs, au nom de la charia ?

Oui, si nous avons les preuves que quelqu’un est un voleur, nous le ferons. Même demain (NDLR : l’interview a eu lieu le 19 août 2012), nous allons taper des consommateurs et des trafiquants de drogue.

Taper ? Que voulez-vous dire par là ?

Ils recevront chacun 80 coups de chicotte.

80 coups de chicotte ? Vous risquez de les tuer…

Non, nous ne les tuerons pas. C’est la charia qui veut que ce soit ainsi. C’est donc la volonté de Dieu.

Dieu est symbole de pardon, de miséricorde. Etes-vous sûr d’appliquer sa parole comme il se doit ?

Absolument ! C’est Dieu qui nous autorise à leur infliger cette correction.

Pourquoi vous ne les punissez pas autrement ? Les soumettre, par exemple, à des travaux d’intérêt commun ?

Dans la charia, il n’y a pas de pardon. Nous la pratiquons et allons continuer de la pratiquer comme il se doit. C’est la volonté de Dieu. (NDLR: le 20 août, les quatre hommes, accusés d’avoir consommé de la drogue, ont reçu, chacun, 80 coups de chicotte).

 

Propos recueillis par Hervé D’AFRICK

 

Aller au haut
X

Right Click

No right click