ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Georges Fadoul en colère !

Francs CFAAAALe DG de l’entreprise Fadoul Technibois, Georges Fadoul, est fâché, très fâché. Et il l’a dit droit dans les yeux de la Commission d’enquête parlementaire. Il a dénoncé, à coups de griffes, une «nouvelle race d’entrepreneurs qui, selon lui, ne connaît pas grand-chose du BTP». C’est pourtant ces entrepreneurs qui raflent pratiquement tous les marchés. «Fadoul estime que la profession est aujourd’hui gangrenée par la corruption des acteurs». C’est écrit noir sur blanc dans le rapport d’enquête. Et ce n’est pas tout: «Il regrette fortement la baisse de la qualité des travaux de construction dans le pays et insiste sur le choix de professionnels pour l’exécution des travaux, en lieu et place d’amateurs exerçant des achats de conscience ou comptant sur l’importance de leur matériel». De nos jours, «de grandes et vieilles entreprises telles que Fadoul Technibois, OK et autres qui ont l’expérience, les compétences et le matériel, même lorsqu’elles sont moins disantes, on ne leur attribue pas de marché, mais on préfère les négocier avec d’autres concurrents», a-t-il martelé aux membres de la Commission. Et le voici qui donne encore un coup de pied dans la fourmilière. Exemple après exemple, il explique comment il a été brimé. Morceau choisi du rapport d’enquête: «Concernant le marché de l’aéroport, Fadoul Technibois avait une offre supérieure de seulement 100 millions par rapport à FCS l’attributaire, que monsieur Fadoul considère comme un parachuté.

En outre, il estime que les avenants devraient être utiles, justifiés et non pas basés sur la recherche de gains occultes, en ajoutant des bouts de travaux. Quant au marché du canal de Bangr-Wéogo, son entreprise a également soumissionné à hauteur de 5, 9 milliards contre 7 milliards pour COGEB et plus de 13 milliards pour SACBA-TP et autres entreprises. Après avoir écarté l’entreprise Fadoul Technibois pour «prix anormalement bas», l’on a fini par attribuer le marché à COGEB à ce même prix de 5, 9 milliards FCFA environ. Monsieur Fadoul dit continuer à se poser des questions sur de telles pratiques. Enfin, sur le marché de la RN1-Zagtouli, Fadoul Technibois a soumissionné à hauteur d’environ 16 milliards FCFA contre des concurrents tels que le groupement SACBA-TP/KARA qui a eu le marché, mais dont la particule KARA n’est aux yeux de monsieur Fadoul qu’un ‘’fantôme’’».

Cette série de «magouilles» a fini par mettre en boule le DG de Fadoul Technibois. Il a donc décidé, face aux membres de la Commission d’enquête, de toucher là où ça fait mal. Espérant sans doute que cela contribuera à instaurer de la transparence dans l’attribution des marchés publics. Il a même fait une proposition aux membres de la Commission. Et elle tient en une phrase: permettre aux soumissionnaires malheureux de saisir l’Assemblée nationale, surtout avant le début de l’exécution des travaux par l’attributaire du marché. Objectif, barrer la route à cette «nouvelle race d’entrepreneurs qui ne connaît pas grand-chose du BTP». Et permettre aux «professionnels» d’espérer, enfin, des marchés. De gros marchés !

Hervé D’AFRICK

Aller au haut
X

Right Click

No right click