ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Où va le Togo ?

La tension monte, de plus en plus, au Togo. Même dans les déclarations, on sent qu’il y a de l’électricité dans l’air ! Morceaux choisis…

 

1. Extrait d’une déclaration faite par le colonel Gnama-Latta, ministre de la Sécurité du Togo

«Je suis un croyant. Je ne peux jamais donner l'ordre de tirer dans une Eglise. Je n’étais pas sur les lieux, mais selon les comptes rendus - car ce sont des personnes qui me rendent compte fidèlement - les forces de l'ordre poursuivaient des gens qui sont rentrés dans l'Eglise. Elles lançaient des gaz lacrymogènes. C'est la direction du vent qui a véhiculé le gaz lacrymogène dans l'Eglise»

 

2. Extrait du communiqué de la conférence épiscopale du Togo

«Certaines déclarations qui ne répondent pas à la réalité prétendent que les gaz lacrymogènes ont été lancés sur le boulevard et que le vent a orienté les fumées vers l’intérieur de l’église. La Conférence des Evêques du Togo fait remarquer aux porteurs de ces fausses allégations que des vitraux de l’église Saint Augustin ont été brisés non pas par les fumées ni par le vent mais par des tirs des mains sacrilèges qui ont profané la Maison du Seigneur»

Aller au haut
X

Right Click

No right click