ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Qui en veut à l'ex-commissaire de l'UEMOA ?

Selon nos sources, la sécurité de l'ex-commissaire du Togo à l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Tchaa-Kozah Tchalim, par ailleurs ancien ministre de l'Education nationale et de la Recherche scientifique de son pays, est sérieusement menacée. Son calvaire a commencé à la fin de son mandat à l'UEMOA où il a occupé de 1999 à 2007, le poste de commissaire en charge du département des Infrastructures, des Transports, des Télécommunications et de l'Aménagement du territoire communautaire. Il a été plusieurs fois victime d'empoisonnement et de tentative d'accidents de la part d'individus suspects qui le suivent et qui, apparemment, sont sous les ordres d'autres personnes tapis dans l'ombre. L'ex-commissaire reçoit même souvent par téléphone des menaces de mort. Ces harcèlements permanents et ces tortures morales et psychologiques ont surtout commencé au Togo lorsqu'il y est retourné suite à la fin de son mandat. Selon des sources concordantes, face aux menaces multiformes dont il était l'objet, il avait quitté son pays en 2010 pour une autre destination (gardée secrète) où il croyait, enfin, vivre en paix. Mais c'était peine perdue. Apparemment, c'est un réseau organisé d'individus qui le suit. L'ancien commissaire de l'UEMOA, sentant sa vie sérieusement menacée, a dû plier bagages. Il serait actuellement dans l'un des pays de la sous-région ouest-africaine.

Et même à ce niveau, les menaces continuent. Selon certains de ses proches, il aurait reçu encore, récemment, des menaces de mort. Et aurait échappé de justesse à un accident "intentionnellement" provoqué par des individus qui le suivaient dans un véhicule dont le numéro d'immatriculation n'a pu être identifié à temps, le conducteur ayant filé après avoir tenté, par un choc violent, de mettre le véhicule de l'ex-commissaire dans le décor. A plusieurs reprises, ce dernier a informé les forces de sécurité et les pouvoirs publics et consulaires de la sous-région. Mais visiblement, il semble être abandonné à lui-même. Les menaces continuent en effet sans que les auteurs ne soient inquiétés. Le hic, c'est que ce calvaire dure depuis plusieurs années.

Mais pourquoi en veut-on autant à l'ancien commissaire ? Selon des sources internes à l'UEMOA et à certains milieux politiques togolais, il serait victime de sa farouche opposition à certaines pratiques malsaines lorsqu'il était encore en fonction dans cette institution . Cet homme, connu pour son franc-parler, serait aussi victime de son ambition professionnelle pleinement affichée après son mandat à l'UEMOA et qui aurait sérieusement dérangé certaines personnes. Tchaa-Kozah Tchalim est aujourd'hui inquiet. Très inquiet. Il importe de prendre des dispositions urgentes pour éviter le pire.

Hervé D'AFRICK

Aller au haut
X

Right Click

No right click