ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Bal masqué autour de l’emploi des jeunes

La célébration de la fête du Travail, le 1er mai dernier, a été assez particulière dans la Boucle du Mouhoun. Après une procession à travers les artères de la ville, les organisations socioprofessionnelles ont égrené un chapelet de doléances devant les autorités locales. Jusque-là, tout semblait bien se passer. Mais très vite, la donne va changer. La cacophonie est venue d’une association qui prétendait représenter la jeunesse de la localité. Son discours a été complètement désapprouvé. Elle a osé, tout de go, interdire à ses membres de postuler à tout emploi concernant la réalisation des travaux de la route nationale 14, reliant Koudougou et Dédougou. Allant même jusqu’à lancer un mot d’ordre afin que ceux qui y travaillent déjà quittent le chantier. Mais c’était mal connaître les jeunes de la région. En effet, bien que les initiateurs de cette déclaration, que l’on accuse, à tort ou à raison, d’être manipulés par des individus tapis dans l’ombre, aient prétexté des «traitements humiliants» qu’auraient subis les jeunes qui travaillent actuellement sur le chantier, leur message semblait n’avoir convaincu personne. On sentait la désapprobation dans le public. Même certains membres de l’association n’étaient pas d’accord avec les propos de leurs leaders. Et à juste raison. «Au moment où le chômage frappe de plein fouet les jeunes de la région, voilà une association qui fait du désœuvrement son cheval de bataille», pouvait-on entendre dans le public. Face à cette dérive apparente, certains observateurs de l’évolution du chantier ont dû conseiller aux responsables de l’association de se raviser afin de ne pas avoir sur leur dos, les jeunes de la localité. En clair, cette association gagnerait, comme l’a du reste souligné plus tard un groupe de jeunes, à «conscientiser la jeunesse du Mouhoun sur les vertus du travail bien fait, notamment l’honnêteté, l’ardeur, l’abnégation et la sincérité» plutôt que de chercher à divertir les jeunes par des discours jugés «propagandistes». Tous savent aujourd’hui que les travaux de ce chantier ont permis de réduire le chômage. Et de nombreux jeunes espèrent toujours y trouver un emploi afin de subvenir à leurs besoins.

Certes, certains travailleurs indélicats avaient été remerciés pour avoir abandonné, à plusieurs reprises, leurs postes, saboté certains ouvrages ou pour s’être livrés à des vols de matériels. Mais très vite, d’autres jeunes, plus sérieux et plus compétents, ont été recrutés pour les remplacer. Mais la cabale continue. En effet, certains individus, animés par des intérêts malsains, tentent toujours de perturber l’évolution des travaux. Mais à Dédougou, on a fini par comprendre le «jeu» dans lequel ils entendent embarquer la jeunesse. Ils avaient même distillé, à un certain moment, des messages tendant à faire croire à un arrêt des travaux alors que ce n’était pas le cas. Le chantier entamait plutôt la phase de gravillonnage  de la voie. Bref, il faut impérativement arrêter ce bal masqué. Et jouer carte sur table au profit de la jeunesse. Il y va de l’intérêt de la région.

Aïcha TRAORE

Aller au haut
X

Right Click

No right click