ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

“Terrible vérité: Blaise Compaoré n'aime pas le Burkina Faso”

Blaise CMonsieur Blaise Compaoré a surement les pieds sur terre. Mais il ne les a pas sur la terre des Hommes intègres (han! c'est aigre! attention un tigre !). Donc il n'a pas les pieds sur terre. Le syllogisme est parfait : sa forme est bien moulée et son contenu aussi vrai et réel que les prunelles de nos yeux. Blaise Compaoré n' a pas les pieds sur terre. Sinon il se serait étouffé dans les nouvelles herbes qui poussent au Burkina Faso. Et quelles sont ces herbes nocives venues peut-être de Proxima de centaure ou plus près de nous de la planète Mars, sinon, l'injustice, la gabegie, l'impunité, les crimes économiques et de sang? Vois-tu chère lectrice, cher lecteur, la liste n'est pas exhaustive. Ces monstres froids produits par son système-vampire l'auraient empêché de marcher fièrement comme un paon à travers nos savanes.

Il aurait vite fait de les faire arracher ou de les arracher lui-même et de les jeter loin de son chemin et de celui de la démocratie et du développement. Il pourrait même empêcher leur éclosion ou, du moins, leur prolifération par un puissant coup d'herbicide. Mais Blaise Compaoré n'a pas les pieds sur terre. Comment peut-il voir les larmes innocentes de l'orphelin dégouliner sans cesse le long de ses joues brûlantes de fièvre ? Comment peut-il voir les regards larmoyants de tous les déflattés de Faso Fani, des Grands Moulins du Burkina ...?

Comment peut-il voir la souffrance de toutes les victimes des privatisations inhumaines et/ou sauvages? Comment peut-il voir le fossé de plus en plus abyssal et vertigineux entre les 2000 habitants richissimes de Ouaga 2000, l'autre Ouagadougou aux 2000 châteaux forts et les autres Burkinabè ? Comment peut-il voir ses propres acolytes administrer de grandes doses de ciguë à ce qui reste de nos nobles valeurs pour les endormir afin qu'elles puissent mourir de leur belle mort; ou opter pour le chemin le plus court en donnant des coups de boutoir redoublés aux valeurs intègres ? Soeurs Hospitalité, Fraternité, Intégrité, reposez en paix! Comment Blaise Compaoré peut-il voir la misère de son peuple, de ses chères concitoyennes et chers concitoyens s'il n'a pas les pieds sur terre ?

Quand on n'a pas les pieds sur terre, c'est qu'on baigne dans le champ de tous les possibles-possibles. Sans être sur terre, Blaise a les pieds solidement attachés à son trône sans partage. Non, que dis-je ! A son règne démocratique. Les lois de la nature sont implacables. Si vous chassez le naturel, il revient au galop et vous terrasse. Nous voilà face à un nouveau syllogisme: tout pouvoir qu'on partage est démocratique. Or, Blaise Compaoré partage son pouvoir avec sa famille, ses proches et ses amis, sans oublier ses amis du parc animalier de Ziniaré. Donc le pouvoir de Blaise Compaoré est démocratique. Alors là, cette fois-ci, il y a problème.Le problème est que notre nouveau syllogisme boitille un peu. Il n'est donc pas parfait. Sa forme est sans tache tandis que son contenu ou son noyau ou encore son âme est souillée, malade. Le mal qui le gangrène s'appelle autocratie. Le pouvoir de Blaise Compaoré est autocratique ( l'auto craque quand elle vieillit.) En 36 ans de règne... Non, pardon !

Le nombre de ministres et de ''ministrions'' de son gouvernement d'avant crise continue de brouiller mes calculs. Donc en 24 et bientôt 25 ans de règne ''démocratique'' ou plutôt de pèlerinage inter-galactique, il a conquis tous les titres honorifiques que je me garde de citer de peur d'en oublier. Oui Blaise Compaoré a conquis tous les titres glorieux sauf un seul, le plus important, l'essentiel de tous: le titre de bâtisseur de son pays, le Burkina Faso, qu'on peut aujourd'hui, à bon droit, appeler Burkina Fassala. Ce qui signifie en langue malinké '' le Burkina a maigri''. Pour parler poétiquement, disons que sûre, mûre , pure et dure est la vérité (Va en Europe Tu Reviendras Irrésistiblement la Trouver en Egypte), mais c'est la vérité; n'en déplaise aux ennemis jurés et autres détracteurs d' Icare, le “à la fois héraut et héros de la vérité”.

Blaise Compaoré n'aime que son trône et rien d'autre. Vois-tu chère lectrice, cher lecteur, "il y a amour dans amour" pour parler comme l'autre. Proches, amis, parents et habitants du parc animalier, réclamez votre droit le plus absolu: celui d'être aimé par le Grand Manitou. C'est le moins qu'il puisse faire pour vous. Les autres peuvent attendre, les autres Burkinabè peuvent attendre, la démocratie et sa maudite alternance peuvent attendre.

Nous sommes obligés de tirer la conclusion de nos deux syllogismes. La conclusion est terrible: Blaise Compaoré n'aime pas le Burkina et ne l'a jamais aimé. C'est cela la vérité, toute la vérité. Comment peut-il d'ailleurs l'aimer s'il n'a pas les pieds sur terre ? Pour une fois au moins, l'aimera-t-il en optant sagement pour une retraite anticipée et dorée dans un de ses châteaux forts de Ouaga 2000 ? N'est-il pas vraiment temps de partir, Monsieur le Président ???

BOUDO Seydou, professeur certifié de philosophie.

Aller au haut
X

Right Click

No right click