ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Notre Armée…

Militaires burkinabTrès cher ami,

Je vais droit au but: voici des réponses aux questions que tu m'as posées dans ta lettre du 5 avril: sache que pour la gestion budgétaire 2012, l'enveloppe allouée au ministère de la Défense pour les transferts courants, est de 1 118 165 000 FCFA contre une dotation de 1 122 336 000 FCFA en 2011. Comme tu le constates, il y a eu une baisse de 4 171 000 FCFA, donc 0, 37%. Ces crédits sont essentiellement consacrés aux dépenses des écoles et centres de formation. Ils permettent, en outre, d'apporter une contribution aux organismes internationaux dont les structures militaires burkinabè font parties. Ces crédits prennent également en compte les dépenses de fonctionnement et d'équipements des Attachés de défense en fonction dans les ambassades du Burkina Faso en France, en Allemagne, au Maroc, en Côte d'Ivoire, en Ethiopie, au Nigeria et au sein de la Mission permanente du Burkina Faso aux Nations unies. Selon des sources internes au ministère de la Défense, les besoins financiers supplémentaires exprimés par le ministère pour les transferts courants, "tiennent compte du besoin crucial en formation dans les différentes écoles et centres de formation. Les charges habituelles de formation ont connus un accroissement dû aux effets induits par la féminisation des effectifs". Un document du ministère précise, en outre, qu'"avec le nombre de jeunes filles croissant dans les différentes écoles et centres de formation", il importe "d'adapter les infrastructures et certains équipements afin de satisfaire la demande". Selon le ministère de la Défense, "la formation à l'extérieur devient de plus en plus coûteuse et la coopération avec les pays amis n'est plus en mesure de nous soutenir". Le ministère est donc à la recherche de ressources financières supplémentaires, car c'est seulement à ce prix, dit-il, que "l'Armée pourra mettre à la disposition de la nation, des militaires de tous genres, compétents et en nombre suffisant pour la sécurité intérieure et la défense de la patrie". Il faut évidemment aussi du fric pour satisfaire les besoins en équipements et assurer, de façon adéquate, le fonctionnement des nouveaux postes d'Attachés militaires auprès des missions diplomatiques".

Voilà! J'espère avoir répondu à ta première question. Dans tous les cas, si tu as besoin de précisions, n'hésite pas à me faire signe. Concernant ta deuxième question, relative à l'"acquisition d'engins de travaux publics", j'ai pu aussi glaner quelques éléments de réponse. En effet, depuis le départ des Allemands, le parc d'engins du Génie militaire ne fait que s'amortir du fait des coûts élevés qui ne permettent pas leur acquisition. Là aussi, un document du ministère de la Défense précise que "la vétusté de ce parc ne permet pas à cette structure de faire face aux missions à lui assignées. 300 millions de francs CFA ont été inscrits en 2012 à cet effet". Espérons que ça pourra résoudre le problème.

Bon, je m'arrête là. Et t'informe que mon prochain courrier confidentiel te parviendra le 25 avril. Tu auras des éléments précis d'information par rapport aux autres questions que tu m'as posées. A très bientôt, cher ami !

Hervé D'AFRICK

Aller au haut
X

Right Click

No right click