ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le cas Compaoré

Blaise compaorY a-t-il une vie en dehors de la Présidence ? Notre chef de l’Etat, Blaise Compaoré, grand médiateur devant l’Eternel, doit sans doute être en train de se triturer les méninges. La Constitution est claire: il ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle de 2015. Il va donc devoir quitter le fauteuil de Président après 28 ans de règne. Et il sait bien qu’il pourrait être pris dans les filets de certaines juridictions internationales. Son nom est fortement cité dans plusieurs dossiers aux odeurs nauséabondes. Surtout dans certains pays de la sous-région qui ont été en proie à des conflits… très sanglants. Même pendant le procès de Charles Taylor, son nom a été cité. Et il était dans le mauvais rôle. Bref, tout cela n’augure pas de lendemains paisibles pour notre Président. Apparemment, il sent déjà venir le danger. Ses partisans vont bientôt modifier la Constitution pour accorder l’amnistie aux anciens chefs d’Etat. Mais en réalité, selon certains juristes et observateurs avertis de la scène politique nationale, cette loi d’amnistie semble être déjà taillée sur mesure pour Blaise Compaoré. Ce dernier tient, coûte que coûte, à sortir par la grande porte. Il cherche absolument à marquer des points dans les médiations. Côte d’Ivoire, Guinée, Mali… Et qui sait, peut-être qu’après son départ du pouvoir, il pourra s’offrir un nouveau boulot auprès d’organisations internationales: médiateur en chef dans la résolution des conflits ! Mais Compaoré a-t-il vraiment envie de quitter le pouvoir ? Le dernier congrès du CDP, son parti, taillé selon sa volonté, montre bien qu’il est en train d’indiquer le chemin à son frère François, celui qu’on qualifie déjà, dans certains milieux, de «petit président». Et comme c’est petit qui devient grand, François pourrait se retrouver dans le grand fauteuil de la Présidence. Sans blague ! Dans les premiers cercles du pouvoir, on parle déjà de son entrée prochaine à l’Assemblée nationale. Tous les chemins mènent à Rome, mais celui-là semble être le plus sûr. Comprenne qui pourra.

Mais il y a une folle interrogation qui demeure sans réponse. Blaise Compaoré évite de répondre à la question, même lorsqu’on la lui pose directement. Elle tient en une phrase: et si l’idée de rester au pouvoir en 2015 lui trottait toujours dans la tête ? C’est un véritable problème, mais notre Président évite de nous éclairer au moment où le pays va devoir entamer un tournant décisif de son histoire. La question de l’article 37 qui limite le nombres de mandats présidentiels à deux, est en effet cruciale. Il suffit de mal manœuvrer pour que le pays bascule dans une crise profonde. On l’a vu dans certains pays comme le Niger où le Président, prétextant n’avoir pas achevé ses chantiers, a voulu prolonger son bail dans les salons feutrés du palais présidentiel. Et ce qui devait arriver, arriva ! Le médiateur Compaoré doit impérativement éviter que le Burkina soit empêtré dans une crise, au point de rechercher des médiateurs pour nous aider à résoudre des problèmes internes. L’article 37 de la Constitution prévoit l’alternance. Or, les partisans de Compaoré semblent vouloir briser ce sacro-saint principe de la démocratie. Et cela risque d’engendrer des conséquences extrêmement graves. Compaoré doit nous aider à sauver le Burkina d’une éventuelle descente aux enfers. Gouverner, c’est aussi prévoir et anticiper. Alors, monsieur le Président, il serait bon de plier petit à petit vos bagages. En attendant 2015. Pour une alternance au sommet de l’Etat. A votre investiture, vous avez juré de respecter la Constitution, de la défendre et de la protéger. On dit de vous que vous êtes un homme de parole…

Hervé TAOKO

Aller au haut
X

Right Click

No right click