ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Odeur de succession

blaiseLe frère cadet du Président Compaoré a fait une entrée en force dans le nouveau Secrétariat exécutif national du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Avec lui, une dizaine de membres de la Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (FEDAP/BC) dont on dit qu'il est le mentor. François Compaoré prend ainsi les choses en main, au moment où de grosses têtes pensantes du parti, comme Salif Diallo, Roch Marc Christian Kaboré, Simon Compaoré et Paramanga Ernest Yonli, sont mis pratiquement à la touche. Ils ont été bombardés du titre de conseillers politiques, sans autre précision. Même si dans le premier cercle du pouvoir, on affirme que le parti pourrait faire appel à eux en cas de besoin, la décision de les mettre au "garage" alors que les militants les attendaient en première ligne, crée forcément les germes d'une révolte politique. Quoi qu'on dise, le congrès du CDP, qui s'est tenu du 2 au 4 mars, a été véritablement celui de la discorde. De nombreux leaders du parti ont été fortement frustrés par la tournure des événements. On a d'ailleurs constaté qu'à la cérémonie de clôture, il y avait une sorte de morosité ambiante dans la salle. Certains, après avoir découvert dans les coulisses les nouveaux "élus du Président Compaoré", sont partis avant la fin. C'est à peine si un clash n'était pas en train de se préparer.

A l'évidence, le grand gagnant de ce jamboree politique n'est pas, en réalité, le nouveau Secrétaire exécutif du CDP, Assimi Kouanda, mais bien François Compaoré. Tous les ingrédients semblent être réunis pour cela. Il se dégage en effet dans les cercles du pouvoir, une forte odeur de succession à Blaise Compaoré, au pouvoir depuis bientôt 25 ans. Reste à savoir ce qui se trame exactement. Que planifie le "capitaine" Compaoré ? Est-il en train de positionner son frère François sur le chemin conduisant au fauteuil présidentiel ? Question à multiples inconnues. Mais déjà, dans les hautes sphères de l'Etat, on annonce l'entrée prochaine de celui qu'on qualifie déjà de "petit président" , à l'Assemblée nationale. Ce serait la voie royale pour accéder pleinement au pouvoir.

Mais dans tous les cas, on assistera, forcément, à une recomposition de la carte politique nationale. Il y a déjà des concertations parmi certains membres du CDP, frustrés d'être "jetés" dans le garage des "conseillers politiques" pendant le dernier congrès du parti. Des têtes commencent à émerger. Et en force ! François Compaoré, le "petit président", risque d'avoir du pain sur la planche...

Hervé TAOKO

Aller au haut
X

Right Click

No right click