ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Après la Cour des comptes… l’impunité ?

ZambendEn 2009, la Cour des comptes a épinglé la Loterie nationale burkinabè (LONAB). Dans le rapport public de l’institution alors dirigée par Boureima Pierre Nébié, 34 pages, noircies d’écritures, étaient consacrées au compte rendu des travaux d’une mission de contrôle sur la gestion de la Nationale des jeux du hasard, exercice 2003 à 2006. On se rappelle en effet des fameux bons volants non justifiés d’une valeur estimée à plusieurs dizaines de millions de francs CFA. Ces révélations avaient fait l’effet d’un séisme médiatique à la publication du rapport, en 2011. La Cour a totalement bouclé son travail. La suite ? Rien !

Le document rendu public en 2011 met l’accent sur les chiffres. Il s’agit en clair de dépenses effectuées par la LONAB et restées sans justificatifs. Il est aussi question d’irrégularités dans la gestion administrative et budgétaire de la maison. Intéressons-nous seulement à la gestion comptable et financière...

La Cour constate des cas graves de non-respect des procédures d’achat qui violent allègrement la réglementation en vigueur ainsi que les clauses contractuelles. A titre d’exemple, un marché de 745 millions de F CFA pour l’achat de bobines supports de prise de paris, est passé de gré à gré, sans en respecter les conditions pour une telle passation de marché (absence de cas d’extrême urgence, de force majeure et d’appel d’offres infructueux).

Depuis 2008, si l’on en croit le rapport de la Cour des comptes, la LONAB est passée maîtresse dans l’émission de bons volants sans justificatifs. Le rapport est très précis sur les chiffres: 151 millions 268 mille 649 F CFA, c’est le montant cumulé de bons volants émis par la LONAB lors d’un contrôle effectué en juillet 2008. A cela s’ajoute un montant de près de 82 millions de F CFA de bons volants émis en 2006 et 2007. Juste quelques détails : le 21 août 2006, un bon volant d’un montant de 800 milles F CFA a été émis par Zambendé Théodore Sawadogo (alors Directeur général de la LONAB), pour être remis à son fils pour servir de frais de scolarité à l’extérieur. Le même émetteur, à la date du 29 novembre 2007, fait remettre un bon volant de 100 000 F CFA à sa fille, Mme Viviane Kirakoé. Achat de liqueurs pour autorités : 739 000 F CFA ! C’était le 22 juin 2007. La liste est très longue. Au total, ce sont 26 bons volants de valeurs différentes qui ont été émis par Zambendé Théodore Sawadogo, entre avril 2006 et janvier 2007. Et cela représente un cumul de 40 690 893 F CFA. A la LONAB, l’ex-DG n’était pas le seul habilité à émettre des bons volants. Missom Jean-Pierre Sawadogo a, lui aussi, émis des bons volants: 13 au total. Selon ce qui est écrit dans le rapport, cet argent retiré des caisses de la LONAB a servi essentiellement à régler les factures des médias pour le lancement et la finale de la coupe Namendé à Boulsa, au paiement des cachets d’artistes lors de certaines manifestations organisées par la LONAB ou parrainées par elle, etc. Le cumul dépasse 9 millions de francs CFA en deux ans. Un autre émetteur, Alain Kafando. Devant son nom, est écrit un chiffre rond : 7 millions 700 F CFA. Il se serait servi de cette somme pour «raison de santé de son épouse» et aussi pour «frais de mission à Cotonou et frais d’hospitalisation de Stanislas Bambara». La liste est longue. 12 autres personnes émettrices de bons volants sont nommément citées dans le tableau N°10 aux pages 179 à 181 du document. Les raisons des dépenses ainsi que les montants correspondants donnent du tournis. Morceaux choisis : achat de café et sucre : 60 000 F CFA ; achats d’arbustes pour orner le couloir de la Direction générale à l’occasion de la réunion DG-TCE : 375 000 F CFA ; frais de consignes de bouteilles : 185 000 F CFA ;   frais de mission à Paris pour Claudine Ramdé : 9 millions de F CFA ; liqueurs pour les décorés de 2007 : 463  750 F CFA, etc. Le total des totaux vaut 83 millions !

Et ce n’est pas tout ! Des bons de caisses ont été émis par la LONAB pour approvisionner des comptes étrangers à la maison : 9  591 700 FCFA ont été détournés des caisses de la LONAB pour être réfugiés dans deux comptes particuliers logés à Atlantique banque.

La Cour a aussi constaté que la LONAB loue, selon un contrat de bail irrégulier d’ailleurs, l’immeuble appelé «ex-Economat» de l’armée à 1 500 000 F CFA par mois. Mais des travaux de réfection de l’immeuble objet de location ont été effectués sur financement de la LONAB à hauteur de 436 377 086 F CFA, en violation des principes de bon emploi des deniers publics.

Toutes ces irrégularités constatées dans la gestion comptable de la Loterie nationale burkinabè et bien d’autres non évoquées ici, ont été notifiées au Directeur général de la LONAB par lettres confidentielles signées de Boureima Pierre Nébié, qui invitait, par ailleurs, le DG de la LONAB à rectifier certaines «anomalies de moindre importance». Mais rien n’y fit. Zambendé T. Sawadogo n’a pas daigné répondre. Et voilà bientôt une année entière que le rapport 2009 de la Cour des comptes a été remis au Président du Faso et rendu public. La Cour des comptes a fini son boulot. Elle a jugé et condamné les comptes. Vivement que la «Cour des gestionnaires» prenne le relais ! et que la Justice brise la chaine de l’impunité !

Par Paul-Miki ROAMBA

Aller au haut
X

Right Click

No right click