ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Sourde, muette, belle et prostituée !

prostitueVendredi, 30 décembre 2011. Avenue du Docteur Kwamé N’krumah, nous y voilà ! Il est 23h10. La circulation est beaucoup moins dense. Mais l’ambiance est, comme d’habitude, féérique. Les gigantesques et scintillants bistrots qui jouxtent « la blus belle avenue de Ouagadougou » sont pris d’assaut par des centaines de maquisards qui, en cette veille du 31-Décembre, tentent de prendre une longueur d’avance sur la Saint-Sylvestre. Des prostituées, à l’instar de policiers en sentinelle, sont postées aux pieds des immeubles, dans des parages mi-sombres, mi-éclairés. Elles sont sereines mais, comme si elles s’étaient passé le mot, n’hésitent pas à aller à l’affront, pour peu qu’elles aperçoivent les clignotants d’un véhicule cherchant à serrer à droite, pour marquer l’arrêt à leur niveau. A côté de ces trotteuses, d’autres prostituées, beaucoup plus discrètes, mais se distinguant par l’extravagance de leurs tenues, déambulent parmi les fêtards installés en plein air. Sur Kwamé N’krumah, il en est ainsi tous les soirs, ou presque…

Parmi les prostituées qui mènent leur opération de charme aux abords des maquis, il y en a une, Stella, qui a fait son apparition depuis quelques semaines seulement. Mais déjà, elle est très connue de ceux qui fréquentent nuitamment ces boîtes de nuit. Très bavarde et joviale au milieu des hommes et belliqueuse face aux autres filles quelle rencontre sur son chemin, Stella est très mobile et donne l’impression d’être à la fois dans tous les maquis de Kwamé N’Krumah. Mais là n’est pas notre propos…

Depuis deux semaines environ, et sous la protection de Stella, une nouvelle prostituée d’un genre tout aussi nouveau, a fait son apparition sur l’avenue Kwamé N’Krumah. Pauline K., c’est son nom, est d’une beauté extraordinaire, mais traîne avec elle un handicap majeur : elle est sourde et muette. Une infirmité dont elle est victime depuis l’âge de 16 ans, suite à une tentative échouée de suicide, explique Stella, sa protectrice sur le terrain de la prostitution.

Orpheline de mère depuis quand elle n’avait que 4 ans, la jeune femme aujourd’hui âgée de 26 ans a connu une enfance difficile sous le joug de ses deux marâtres. Partie de son village - situé au sud-ouest du Burkina – dès l’âge de 11 ans avec d’autres jeunes filles de son âge, Pauline a fait la « bonne à tout faire » dans des domiciles à Ouagadougou. Accusée de vol d’argent par sa patronne au quartier Paspanga, Pauline a tenté de mettre fin à ses jours, en ingurgitant une certaine dose de comprimés en tablettes. A l’hôpital, les médecins réussiront à sauver sa vie, mais pas son ouï, ni son verbe. Désormais sourde-muette à vie, Pauline a connu les pires moments de sa vie. C’est après près d’une dizaine d’années dans l’extrême indigence, sans soutien, et suite à la mauvaise compagnie, que Pauline s’est retrouvée dans les rues de Ouagadougou, pour s’offrir une nouvelle vie en se prostituant.

Et cela se fait avec la complicité de Stella qui l’héberge depuis bientôt 2 mois. Sur l’avenue Kwamé N’Krumah, Pauline est sujet de toutes les convoitises. Sa beauté, et sa discrétion – elle est toujours habillée en tenue décente – attirent les clients. Mais face à chaque prétendant, c’est Stella qui joue les porte-paroles. « Pauline ne bouge pas pour moins de 10 000 F CFA, hors prix chambre de passe ! », nous a confié Stella, très peu discrète. En plus de la bourse, Stella tient compte du gabarit des « clients » avant de leur confier sa protégée. Nous avons été témoin discret du rejet de toutes les propositions faites par un prétendant qui avait la malchance d’être bien bâti. Il avait en effet la corpulence d’un champion de la WWE, ce sport américain dont la pratique domestique est vivement déconseillée.

Le revenu journalier de Pauline, la muette, atteint le montant record de 50 000 F CFA. Mais seulement, elle ne sort que 4 fois par semaine en moyenne. « Aucune autre fille de Kwamé N’Krumah n’en gagne autant », avoue Stella qui explique cet engouement des clients par l’envie de « goûter » à du jamais « goûté ». De même, poursuit-elle, beaucoup de clients sont attirés par la sagesse apparente de cette prostituée de première classe. De peur que des clients n’abusent de son handicap, Stella fait encaisser les sous, dès que le marché est conclu, avant même que le client ne l’embarque. Avec cet argent qu’elle amasse au quotidien, Pauline, selon sa protectrice qui jure ne pas l’exploiter, entend s’offrir plus tard un salon de coiffure car, semble-t-il, elle excelle dans ce domaine aussi !

Paul-Miki ROAMBA

Aller au haut
X

Right Click

No right click