ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

La «guerre» des affiches

CampagneLa campagne électorale pour les élections couplées du 2 décembre bat son plein sur le territoire national. Depuis l’ouverture de la chasse aux voix, les affiches des candidats et des partis occupent une place importante dans l’atmosphère politique. Seulement voilà !..., il y a comme une sorte de rixe autour des affiches dans la ville de Ouagadougou. Et cette bataille, ce sont les méga-partis politiques qui la mènent sans merci. Une affiche pouvant en cacher une autre, les plus forts ont pris le malin plaisir d’apposer leurs affiches géantes juste à côté des petites affiches de leurs concurrents. Souvent, ils les apposent carrément sur les affiches d’autres partis en compétition. Cette guéguerre est plus visible à Ouaga 2000 où les affichent s’invitent même sur des chantiers en finition. Des accusations d’arrachage d’affiches ont d’ailleurs constitué des thèmes de campagne pour certains partis politiques qui trouvent en leurs adversaires politiques une rivalité supplémentaire. La CENI avait pourtant prévenu…

************************************************************

Faux rendez-vous avec le CSC

Pour les élections législatives et communales couplées, le Conseil supérieur de la communication (CSC) tient à relever le pari de l’égal accès des partis politiques aux médias d’Etat. Il parraine un certain nombre d’émissions radio et télé diffusées sur les antennes de la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB). Il s’agit notamment de « 5 minutes pour comprendre » à la télévision nationale, « Les messages de campagne » à la radio et la télévision nationales, les « Programmes croisés », également à la radio et à la télévision nationales. Après le tirage au sort pour établir l’ordre de passage des partis dans ces émissions parrainées, les responsables des 74 partis et formations politiques en compétition avaient rendez-vous avec l’institution de régulation des médias, pour l’enregistrement de ces émissions spéciales. A une semaine de la fin de la campagne, le CSC fait l’amer constat du nombre trop élevé de faux rendez-vous sur le plateau d’enregistrement desdites émissions. Beaucoup de chaises vides ont été présentées à la télé. Elles devraient être occupées par des partis politiques qui, sans doute, ont préféré manquer le rendez-vous plutôt que d’exposer leurs carences verbales aux yeux des Burkinabè. Il en a été de même pour les pages spéciales du quotidien d’Etat Sidwaya, réservées pour les messages de campagne des partis politiques. Trop de pages vides avec la mention « message non parvenu ».

**************************************************************

Le «gombo» de campagne fait des déçus

S’il y a une stratégie de campagne qui a le vent en poupe en cette période de campagne politique, c’est bien «le porte-à-porte». Ils sont en effet nombreux les responsables de partis politiques en compétition qui disent mener une campagne de proximité auprès des électeurs qu’ils rencontrent à leur domicile ou à leur lieu de travail, afin de leur faire passer leurs messages. La raison ? «Manque d’argent», disent-ils. On fait donc avec «les moyens de bord». Mais dans le fond, et à ce qu’on dit à Ouagadougou, bien des partis rasent les murs parce qu’ils n’ont pas été conséquemment financés par l’Etat. Certains responsables de partis avaient établi leur programme de campagne comptant uniquement sur la subvention de l’Etat. C’est donc en désespoir de cause qu’ils se sont contentés d’une campagne au rabais…

PMR

Lire aussi:

- SUBVENTION DE l’ETAT/LEGISLATIVES: Répartition des 250 millions FCFA

- SUBVENTION DE L’ETAT/MUNICIPALES: Plus de 243 millions pour les partis politiques

Aller au haut
X

Right Click

No right click