ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

jbQue se passe-t-il dans la tête de Blaise Compaoré ? Des scènes macabres, à forte odeur de sang, s’y bousculent. Il a occupé le fauteuil de président du Faso, en octobre 1987, suite à un coup d’Etat sanglant. Thomas Sankara et douze de ses compagnons sont alors sauvagement abattus. Deux ans après, deux autres leaders de la Révolution, le Commandant Jean-Baptiste Boukary Lingani et le Capitaine Henri Zongo sont accusés de «complot», soumis à un interrogatoire musclé et exécutés. C’était le début d’un long règne, émaillé de violations flagrantes des droits humains. Pour la première fois, l’un des fils du Commandant Lingani brise le silence. «Ce jour-là, des militaires fortement armés sont venus à la maison; ils ont fracassé la porte de la chambre conjugale avec une hache; ils recherchaient selon eux un document «très important». Ils nous ont embarqués de force dans des véhicules et nous ont conduits en face du domicile de Gilbert Diendéré…». C’était le début de la descente aux enfers: «Le Commandant Lingani, le Capitaine Henri Zongo, l'Adjudant-chef Anicet Gnégné, et le Capitaine Sabyamba Koundaba ont été exécutés très tôt le matin du 19 septembre 1989 au camp militaire de Kamboissé, où ils ont été enterrés. Yacinthe Kafando a conduit d'une main de fer ces exécutions». Mais pas seulement lui. Témoignage exclusif.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

UneCC166

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click