ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Flou autour de la «caisse noire» !

Caisse noireLes fonds spéciaux de l’Assemblée nationale, communément appelés «caisse noire», s’élèvent à 95 millions de francs CFA. Mais il y a un flou autour de l’utilisation de ce pactole. D’ailleurs, le décret instituant l’utilisation des fonds spéciaux est lui-même flou. Voici ce que dit, par exemple, l’article 4: «Les fonds spéciaux mis à la disposition du président de l’Assemblée nationale sont destinés à assurer des dépenses dignes d’intérêt pour l’institution dont il a la charge». Mais c’est quoi, exactement, une dépense digne d’intérêt ? Sur quel critère faut-il la déterminer ? Ce flou, savamment entretenu, laisse la porte ouverte à toutes sortes d’interprétations et de dérives. En tout cas, la loi ne donne aucune précision. Le Président de l’Assemblée nationale peut donc dépenser les fonds spéciaux mis à sa disposition comme il l’entend, à la seule condition qu’il estime qu’il s’agit de «dépenses dignes d’intérêt pour l’institution dont il a la charge». Le Président du Faso, le Premier ministre, les autres ministres et présidents d’institution disposent aussi d’une «caisse noire». Mais le hic, c’est qu’en plus du flou instauré par le décret, la plupart des personnalités ne rendent pas compte de l’utilisation qu’ils en font de la «caisse noire». L’autre gros problème, c’est que la Cour des comptes, la plus haute juridiction de contrôle des finances publiques, est inactive face à cette utilisation opaque et abusive de l’argent du contribuable. Pourtant, l’article 11 du décret insiste sur l’obligation de rendre compte: «Les dépenses effectuées sur fonds spéciaux donnent lieu à l’établissement de pièces justificatives comportant, soit le reçu signé par le bénéficiaire réel, soit un certificat administratif établi par l’autorité ayant procédé au paiement et énonçant le nom du bénéficiaire, le montant de la somme versée et les motifs du règlement». Mais au sommet de l’Etat, «ils» se la coulent douce. Et personne ne dit mot… Même pas les députés, chargés de contrôler l’action gouvernementale.

www.courrierconfidentiel.net

Aller au haut
X

Right Click

No right click