ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

SOS, les GSP ont besoin d’armes et de munitions !

MACOLes gardes de sécurité pénitentiaire ont tiré la sonnette d’alarme: ils veulent impérativement être dotés en armes et en munitions. La gestion de nombreuses mutineries, en 2011, dans les maisons d’arrêt, a pratiquement épuisé les stocks de munitions. La situation est particulièrement préoccupante à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Fada N’Gourma et Tenkodogo. De plus, certaines armes sont devenues hors d’usage. Si bien que les GSP eux-mêmes ne se sentent pas vraiment en sécurité. Surtout qu’ils doivent sécuriser les prisons qui, de plus en plus, accueillent de grands bandits. A l’évidence, il est difficile de le faire sans armes adéquates. Selon nos sources, le ministère de la Justice, de la Promotion des droits humains, Garde des sceaux, a cerné le problème. Mais dur, dur de trouver rapidement une solution ! L’argent manque à l’appel. Le ministère a du mal à boucler ce chapitre budgétaire. Il est toujours à la recherche de 60 000 000 FCFA complémentaires pour permettre aux GSP de participer, pleinement, au maintien de la sécurité intérieure. Mais, curieusement, l’Etat tarde à délier le cordon de la bourse. Et, de plus en plus, la grogne prend forme au sein des gardes de sécurité pénitentiaire. Le ministère tâtonne également pour l’acquisition d’effets d’habillement au profit des GSP. Il lui faut, au total, 371 230 360 FCFA pour cela. Mais il n’a pu inscrire que 240 000 000 FCFA dans le budget 2012. Reste donc à trouver 132 000 000 FCFA pour que l’enveloppe financière, prévue pour l’achat des effets d’habillement, soit complète. Mais malgré l’insistance du ministère, l’Etat, comme s’il n’avait pas tiré leçons des mutineries du premier semestre de 2011, traîne toujours les pas. Affaire à suivre…

www.courrierconfidentiel.net

Aller au haut
X

Right Click

No right click