ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le président veut un véhicule tout-terrain

Conseil cSauf changement de dernière minute, le Conseil constitutionnel devrait recevoir, de la part de l’Etat, au titre de la dotation budgétaire de 2012, 625 996 000 FCFA. Mais cela ne suffit pas. Le Conseil a exprimé un besoin supplémentaire de 437 454 000 FCFA. Mais cette requête a été rejetée par la Commission des finances et du budget (COMFIB) de l’Assemblée nationale. Le Conseil constitutionnel envisageait, grâce à cette somme supplémentaire, de faire des dépenses importantes. 288 000 000 FCFA devaient permettre d’acquérir 9 véhicules de types berlines pour les membres du Conseil constitutionnel. Les anciens véhicules datent de 2004. Une source proche de l’institution précise même qu’ils sont «totalement amortis». Le Conseil envisageait également d’acheter un véhicule de type tout-terrain pour le président du Conseil constitutionnel. Selon les prévisions, ce véhicule devrait coûter 71 000 000 FCFA. Dans l’agenda de cette haute juridiction, figure également l’achat d’un minibus de 32 places pour le transport du personnel: 42 500 000 FCFA.

Mais il n’y a pas que cela. Le Conseil affûte ses armes pour les élections couplées de 2012. Il a ainsi besoin de 7 350 000 FCFA pour effectuer des missions auprès des Cours ou Conseils constitutionnels ayant déjà expérimenté l’organisation d’élections couplées. Objectif: tirer les informations et renseignements susceptibles de le guider dans l’organisation des municipales et législatives de 2012. Il envisage également une rencontre sous-régionale dans le cadre des élections couplées. Cette rencontre, jugée capitale, devrait regrouper les Cours et Conseils constitutionnels, de même que les administrations électorales du Bénin, du Mali, du Niger et de la Côte d’Ivoire. Selon les prévisions du Conseil, l’organisation de cette rencontre devrait coûter 28 604 000 FCFA. Reste à trouver l’argent. Et c’est là qu’il y a problème. La haute juridiction a frappé à la porte de l’Etat afin que les 437 454 000 FCFA soient inscrits dans le budget 2012. Mais sa demande n’a pas été acceptée.

 www.courrierconfidentiel.net

Aller au haut
X

Right Click

No right click