ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Vers une brouille diplomatique ?

pt interrogation1Les révélations de Wikileaks sur la santé du Président Compaoré et de l’ex-ministre d’Etat, Salif Diallo, ainsi que sur un probable trafic d’armes en direction du Soudan, dérangent certaines personnalités au sommet de l’Etat. L’ambassade des Etats-Unis au Burkina Faso est accusée d’avoir fourni, en complicité avec une source française, «des informations non fondées» au département d’Etat américain. Selon certains documents classés «top secret», publiés par Wikileaks, et qui émanent de cette ambassade, le Président Compaoré serait malade. De même qu’un de ses proches, Salif Diallo, «élément clé du régime», ex-ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques. Ce dernier, qui occupe le poste d’ambassadeur du Burkina en Autriche, devrait bientôt effectuer son retour au pays afin d’occuper de nouvelles fonctions. Selon nos sources, les révélations de Wikileaks ont mis très mal à l’aise ce «fidèle ami et compagnon politique» du chef de l’Etat. Les documents, publiés en fin août, révèlent également qu’il aurait participé à un trafic d’armes en direction du Soudan. Autre révélation: il y aurait de graves problèmes au sein du couple présidentiel. Vrai ? Faux ? Mystère et boule de gomme.

Pour le moment, ni le Président, ni l’ex-ministre d’Etat n’ont apporté un démenti officiel. Pourtant, selon certains analystes politiques, il est impératif qu’ils s’expliquent sur cette question cruciale «afin que l’opinion sache ce qu’il en est exactement». Mais jusqu’à présent, c’est le statut quo. Selon une source proche de la Présidence, les révélations de Wikileaks, qu’elles soient vraies ou fausses, «pourraient mettre à rude épreuve, les relations diplomatiques entre notre pays et les Etats-Unis, ainsi que la France». Déjà, dans le premier cercle du pouvoir, on regarde avec un mauvais œil certains responsables de l’ambassade de France et de celle des Etats-Unis. Et on cherche, à tout prix, à atténuer l’effet de ces révélations aux allures de bombes politiques et diplomatiques. Mais ce sera très difficile, voire impossible. Les différents rapports, en version anglaise, sont sur le site de Wikileaks et circulent déjà sur la toile. Ils ont été postés par l’ambassade des Etats-Unis à Ouagadougou au département d’Etat américain, si l’on en croit Wikileaks, entre le 2 juin 2006 et le 25 février 2010. On en parle déjà presque partout. Affaire à suivre.

www.courrierconfidentiel.net

Aller au haut
X

Right Click

No right click