ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

L’Assemblée générale aura-t-elle lieu ?

Djibrill Bassol1L’AG des Burkinabè de l’étranger, prévue pour 2010, puis reportée en 2011, n’aura peut-être pas lieu en 2012. Le gouvernement affirme n’avoir toujours pas obtenu les 50 000 000 FCFA nécessaires à l’organisation de cette grand-messe. Le ministère des Affaires étrangères a demandé que ce montant soit inscrit dans le budget de l’Etat, gestion 2012, mais il n’a pas obtenu gain de cause. Selon un document confidentiel retrouvé dans ce département ministériel, cette réunion devrait être «non seulement un forum de concertation et de communion des Burkinabè de l’intérieur et de ceux de la diaspora» sur les principaux sujets de préoccupation, «mais aussi un cadre d’information des Burkinabè de l’étranger sur les opportunités d’investissement dans leur pays d’origine». Et ce n’est pas tout: le gouvernement voulait faire d’une pierre deux coups ! Le document précise qu’ «en ces lendemains de la crise sociale qui a écorné l’image de notre pays, la tenue de cette rencontre devra permettre de mettre l’accent sur la nécessité pour la diaspora burkinabè d’apporter sa contribution à son rayonnement international». Mais pour des «raisons de contraintes financières», l’Assemblée générale n’aura pas lieu en 2012, sauf si les partenaires techniques et financiers du Burkina délient le cordon de la bourse. Ce qui n’est pas évident, car il y a des urgences à régler, comme la crise alimentaire que pourrait engendrer la mauvaise production agricole du fait des pluies capricieuses observées cette année.

La conférence des Consuls honoraires du Burkina à l’étranger, annoncée également pendant plusieurs années, risque de ne pas non plus avoir lieu en 2012. Selon les prévisions budgétaires, il faut, pour l’organisation de cette rencontre, 56 500 000 FCFA. Mais l’argent n’a pu, jusque-là, être obtenu. Selon le document qui en fait état, «cette activité rentre dans le cadre de la restauration de l’image du Burkina après la crise sociale qu’il a traversée. Dans cet exercice, les Consuls honoraires serviront de relais auprès des partenaires et pays amis». La dernière conférence a eu lieu dans les années 1990. La prochaine est en pointillé…

 www.courrierconfidentiel.net

Aller au haut
X

Right Click

No right click