ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

maladesLa situation est suffisamment grave. Les décès par suite d’ «anémie sévère» se sont accentués ces derniers temps au district sanitaire de Dano, dans la région du Sud-Ouest. Pas de poches de sang disponibles. Le problème a

été examiné à plusieurs reprises mais toujours pas de solution. Au point que «la panique s’est installée dans la région», déplorent des témoins, dont des agents de santé. N’en pouvant plus, ils ont décidé de tirer la sonnette d’alarme. «Allo ! C’est Courrier confidentiel ? (…) S’il vous plaît, aidez-nous à sauver des vies humaines !». Ils nous ont demandé de transmettre cette note au ministre de la Santé. Et voilà, c’est fait !

 

«Des morts subites dus à l’anémie se succèdent dans la région du Sud-Ouest. Nous avons donc décidé de lancer ce SOS afin que des mesures urgentes soient prises pour limiter, voire éviter les nombreuses évacuations par suite d’anémie sévère qui se sont très souvent soldées par des pertes en vies humaines dans le district sanitaire de Dano.

 

En effet, les décès causés par l’anémie dans ce district sanitaire sont légion cette année et en cette saison hivernale 2015. Le cas de cette jeune dame âgée de 30 ans, du nom de Somé Pélagie, qui asuccombé sous le coup de l’anémie dans la nuit du 08 au 09 septembre 2015 avant d’atteindre l’hôpital Sanou Souro où elle avait été référée par le service de la maternité du CMA de Dano, est l’une des nombreuses situations qui justifient notre mécontentement.

 

Le décès de cette femme anémiée qui débutait une grossesse est survenu tout simplement parce que le district sanitaire ne disposait pas de stock de sang et n’en dispose pas depuis un certain temps. Aussi, le manque de réactifs qui devraient permettre aux laborantins de collecter du sang sur place auprès des personnes soucieuses de sauver des vies humaines menacées par l’anémie ne pouvait avoir de suite logique que l’évacuation de la défunte.

 

Somé Pélagie, référée par le CSPS de Poulèba (26 km de Dano), a été reçue successivement par les services de la consultation générale et de la maternité du CMA de Dano. Mais, en conclusion, sa référence au service de la gynécologie du CHU Sanou Souro était la seule issue pour sauver sa vie. Cette proposition d’évacuation a été immédiatement approuvée par la famille de la regrettée. Et c’est l’ambulance de Dissihn qui rentrait d’une évacuation sur Bobo-Dioulasso qui a été sollicitée pour retourner à Bobo-Dioulasso avec cette femme très souffrante. Il était 22h 46 mn à notre horloge lorsque l’ambulance sortait de l’hôpital de Dano. L’ambulancier, en toute conscience, a fait de son mieux pour atteindre l’hôpital Sanou Souro le plus rapidement possible. Mais à l’arrivée, la dameque nous espérions revoir en bonne santé était déjà décédée. Le constat du décès a été faite sans tarder par les spécialistes qui nous ont accueillis.

 

Suite aux multiples décès liés à l’anémie et à la non-disponibilité de poches de sang à Dano, à qui devons-nous nous adresser pour manifester notre mécontentement face à ces cas malheureux et choquants ? Quelles dispositions prendre pour éviter d’éventuelles pertes en vies humaines par suite d’anémie sévère ? A qui les populations attristées du district sanitaire de Dano doivent-elles s’adresser pour mettre fin à de tels cas qui ne cessent de faire des mécontents et des orphelins ?

 

Notre objectif à travers cet écrit est d’interpeller le ministère de la Santé afin qu’il agisse de façon diligente face à ce phénomène d’indisponibilité de sang dans notre district sanitaire. Le ministère devrait prendre des dispositions adéquates pour que des poches de sang soient disponibles dans tous les districts sanitaires du Burkina Faso. Les années antérieures, l’anémie avait toujours été contrée grâce aux bonnes volontés qui n’avaient jamais tergiversé à donner leur sang. Ce sang était analysé au laboratoire de Dano. Mais pour quelles raisons le médecin-chef du district sanitaire a-t-il stoppé cette belle initiative du président des donneurs de sang ? Le ministère de la Santé a-t-il ordonné au médecin-chef de ne plus collecter du sang à partir de Dano ?

 

Nous félicitons le dévouement et la conscience professionnelle de tous les personnels soignants du district sanitaire de Dano qui, jusque-là, ont fait la preuve qu’ils ont été formés pour bien servir la nation burkinabè. Mais à l’équipe dirigeante du district sanitaire et en particulier à son premier responsable, nous lui exprimons notre sincère indignation suite aux cas spécifiques de décès liés à l’anémie. Cet écrit n’a pas pour but d’attaquer ou de dénigrer qui que ce soit. Nous voulons plutôt dénoncer le silence complice du premier responsable du district au regard des pertes en vies humaines que nous pleurons depuis des mois. C’est également un appel à une prise de conscience de l’ampleur du phénomène par ce dernier qui a prêté serment pour contribuer à la sauvegarde de la santé de nos populations.

 

Si rien n’est fait de manière prompte, la population indignée du district sanitaire de Dano prendra la responsabilité de se faire entendre par les plus hautes autorités de notre pays»

Aller au haut
X

Right Click

No right click