ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

La décision du Conseil constitutionnel est tombée, le 5 mai dernier, lourde et fracassante. Article 1er : «La requête en date du 10 avril 2015, signée par Maître Anna Ouattara-Sory pour le compte d’un collectif d’Avocats et introduite au nom de Monsieur Séré Adama et neuf (9) autres , tous députés au Conseil national de transition, aux fins de voir déclarer anticonstitutionnelles les dispositions des articles 135, 166 et 242 de la loi N° 014-2001/AN du 3 juillet 2001 portant Code électoral, est irrecevable». Cette décision qui apparaît aux yeux du CDP et de ses alliés comme «un coup de poignard», ne peut faire l’objet d’appel. Du coup, ces derniers ne cessent de crier à l’injustice. C’est en réalité une question de survie politique. Après avoir été affaiblis par l’insurrection d’octobre 2014, une nouvelle menace plane sur leur tête depuis l’adoption, le 7 avril dernier, du nouveau Code électoral. Le texte a touché là où ça fait mal. Morceau choisi: «Sont inéligibles toutes les personnes ayant soutenu un changement anticonstitutionnel qui porte atteinte au principe de l’alternance démocratique, notamment au principe de la limitation du nombre de mandats présidentiels ayant conduit à une insurrection ou à toute autre forme de changement». Le CDP et ses alliés, qui se sont investis, bec et ongles, pour la révision de l’article 37 de la Constitution, afin de permettre à Blaise Compaoré de «s’éterniser» au pouvoir, ont eu peur qu’on leur coupe définitivement les ailes. Ils ont donc demandé au Conseil constitutionnel de trancher. Une bagarre judiciaire s’est alors engagée. Le ministre de la Sécurité, Auguste Denise Barry, est même entré dans la danse. Il a transmis, le 15 avril dernier, un mémoire en défense au Conseil constitutionnel. «La requête est irrecevable sans qu’il soit nécessaire de l’examiner dans le fond», a-t-il martelé. Mais il n’y a pas que ça. Nous avons obtenu tous les documents de ce dossier brûlant. Le Conseil ayant déjà rendu sa décision, nous les publions en intégralité dans cette édition spéciale.

 

«C’est un grave amalgame ayant pour finalité l’exclusion dangereuse et inacceptable d’une partie des Burkinabè» (Voir le document complet)

 

«Votre requête a été introduite hors délai» (Voir le document complet)

 

«Vous avez dit quoi ? Opinion politique ou comportement politique déviant ?» (Voir le document complet)

 

«Vous n’avez ni qualité, ni capacité à agir» (Voir le document complet)

 

«Vos agitations ne peuvent rien changer aux règles de droit» (Voir le document complet)

 

«Votre requête est irrecevable !» (Voir document complet)

Aller au haut
X

Right Click

No right click