ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

IMG 8330Attention ! Si on vous prend pour fait de corruption électorale, le lourd marteau de la nouvelle loi anti-corruption, votée par le Conseil national de transition, le 4 mars dernier, pourrait s’abattre sur votre tête. Et de façon fracassante ! Vous risquez entre cinq et dix ans de prison. Et jusqu’à dix millions de francs CFA d’amende. Si pendant la révision des listes électorales, vous procédez à des inscriptions multiples, c’est de la corruption électorale. Si vous intimidez des électeurs le jour du vote, c’est aussi de la corruption électorale. Vous donnez des pots-de-vin aux assesseurs et aux présidents de bureau de vote ? Vous utilisez, de façon abusive, des biens de l’Etat à des fins de campagne électorale ? Vous êtes un parti politique et vous faites preuve d’un manque de transparence dans la gestion des ressources que l’Etat met à votre disposition pour la campagne électorale ? Vous êtes passible des mêmes peines ! Et ce n’est pas tout. Gare au parti politique qui recevra des financements occultes ! La loi prévoit entre deux et cinq ans de prison et une amende allant jusqu’à dix millions de francs CFA. Mais il n’y a pas que ça. Si jamais vous n’êtes pas en mesure de justifier «raisonnablement l’augmentation de votre train de vie au regard de vos revenus licites», la loi ne vous fera pas de cadeau ! Délit d’apparence ! Vous risquez un emprisonnement de deux à cinq ans et une amende de cinq à vingt-cinq millions de francs CFA. Et concernant le détournement de biens publics ? La surfacturation ? Le favoritisme ? Le trafic d’influence ? Le népotisme ? La corruption d’agents publics de l’Etat ? La corruption de fonctionnaires d’organisations internationales ? Voici, à ce sujet, ce que dit la loi portant prévention et répression de la corruption, envoyée par le Conseil national de transition (CNT) au Président Kafando pour promulgation.

 

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

IMG 20180910 WA0000

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click