ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

zidaPourquoi le Président Compaoré, éjecté de son fauteuil par la pression populaire, n’a-t-il pas été arrêté ? Pourquoi son départ, bien que précipité, a-t-il été savamment organisé par le Régiment de sécurité présidentielle ? Pourquoi le Lieutenant-Colonel Zida, alors N°2 du RSP (la garde prétorienne du Président), qui tient aujourd’hui de grands discours, ne s’en est-il pas opposé ? Et le Général Gilbert Diendéré ? Pourquoi lui, chef d’Etat-major particulier du Président Compaoré, ancré dans les premières loges du pouvoir actuel, a-t-il contribué à la protection du «Blaiso» alors que le peuple en colère demandait sa démission et son arrestation ? Et ce n’est pas tout: pourquoi des barons du régime (ministres, conseillers et hommes d’affaires), accusés d’avoir fortement trempé dans des crimes économiques et de sang, ont-ils quitté le pays sans être inquiétés ? Pourquoi les émissaires de ces derniers sont-ils venus au Burkina, pendant les premiers jours du couvre-feu, et ont emporté, en complicité avec des responsables du régime actuel, et en toute impunité, des documents et divers objets de valeur ? Pourquoi, enfin, certains ex-tenants du pouvoir continuent-ils de tripatouiller, par le biais de leurs relais, des documents compromettants dans l’administration publique ? Il y a des choses suspectes. Les langues se délient et les regards sont tournés vers le Lieutenant-Colonel Zida. Décryptage d’une transition à double visage.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

UneCC166

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click