ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

ADAMA ZONGO2L’ex-président de la Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (FEDAP/BC), Adama Zongo, voulait, à tout prix, que la tentative de coup d’Etat réussisse. Il a dû jubiler lorsque le 16 septembre, le Général Diendéré et ses hommes ont pris en otages le Président Kafando, le Premier ministre Zida, le ministre de l’Habitat, René Bagoro, et celui de la Fonction publique, Augustin Loada. Sa joie a dû être davantage intense quand, par la suite, le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), animé par une folie meurtrière d’accaparer le pouvoir, a fait crépiter les armes. Cet homme, par ailleurs ex-maire de la commune de Tanghin-Dassouri, incarcéré à la MACO le 8 avril dernier pour «faux et usage de faux en écriture publique, escroquerie et corruption», croyait enfin venue l’heure de la délivrance. Il a adressé, le 20 septembre, quelques jours après le déclenchement de la tentative de coup d’Etat, une lettre au RSP pour lui exprimer «toute (sa) loyauté et (son) soutien indéfectible». Et il n’est pas allé avec le dos de la cuiller. Il a demandé, sans détours, aux putschistes de «traquer les responsables politiques du MPP, surtout pour les faire quitter le pays»: «Je parle de Roch, Simon et Salif principalement», précise-t-il, de façon radicale, à la première page de la correspondance. Et vous croyez que c’est tout ? Non ! Il faut «neutraliser, dit-il, certains responsables du CNT, en premier lieu leur Président Chériff Sy». Mais il n’y a pas que ça ! Voici, de façon détaillée, le contenu de la lettre.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

IMG 20180910 WA0000

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click