ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

zidaaL’affaire commence à un peu trop agacer les autorités ivoiriennes. Du haut de son magistère, le Président Ouattara tente difficilement de colmater les brèches. Il a initié une rencontre qui devait se tenir à Niamtougou (extrême nord du Togo) sous les auspices du Président Faure Gnassingbé. Objectif, permettre à Zida et Soro de concilier leurs positions. Mais cette réunion, tant espérée, n’a finalement pas eu lieu. Le Premier ministre burkinabè croyait au départ qu’il s’agissait d’une rencontre entre lui et le président togolais. Mais lorsqu’il a su que Soro devait être de la partie, il a boudé la rencontre. Le Lieutenant-Colonel Zida est convaincu que l’ex-chef de la rébellion ivoirienne est trempé dans la tentative de coup d’Etat perpétrée par le Général Diendéré. Les services de renseignements du Burkina affirment détenir des pièces à conviction, dont une conversion téléphonique, entre Guillaume Soro et le Général Djibrill Bassolé. Cet enregistrement, qui devrait être bientôt versé au dossier judiciaire, mais dont nous avons pu capter la substance (Voir CC N° 94 du 25 octobre 2015), atteste que les deux hommes, si les voix sont reconnues par les experts comme étant les leurs, étaient en intelligence dans le but d’apporter du soutien aux «jeunes soldats» du RSP prêts à en découdre avec l’armée loyale. Cette affaire a créé, du coup, une brouille diplomatique entre le gouvernement burkinabè et le président du Parlement ivoirien.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

UNE CC 167

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click