ABONNEMENT EN LIGNE. Accédez à l'ensemble des articles publiés pendant la période de votre abonnement et à toutes les éditions publiées depuis 2012. Pour vous abonner, contacter notre Service clientèle: (00226) 25 411 861, (00226) 71 13 15 14 ou (00226) 72 50 2222. E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

coup detatLe Général Gilbert Diendéré a foncé droit dans le mur en béton. Il croyait s’installer, par la terreur, dans le gros fauteuil de la Présidence. Mais à peine assis qu’il a été éjecté par la pression populaire et l’armée régulière. Depuis le 16 septembre, date de la prise en otages du Président Kafando, du Premier ministre Zida et des ministres Loada et Bagoro par des éléments du RSP, nos équipes sur le terrain tentent de percer le ministère de ce «putsch» qualifié par certains observateurs, de «coup d’Etat le plus bête au monde». Mais en réalité, il n’est pas si bête que ça ! Le coup semble avoir été bien préparé, même si, par la suite, la «folie meurtrière» du Général et de ses acolytes a été stoppée. De plus en plus, les masques tombent. L’ex-Président, Blaise Compaoré, son épouse Chantal et sa sœur Antoinette sont cités dans cette ténébreuse affaire. Mais pas seulement eux ! Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a sans doute aussi le sommeil trouble. Contrairement au «semblant de sérénité» qu’il affiche dans certains médias, il est, selon des sources concordantes, dans une véritable «merde». L’enregistrement téléphonique entre lui et le Général Bassolé, capté par les services de renseignements, et dont nous avons eu échos du contenu, révèle des choses graves. Des opérateurs économiques burkinabè sont également soupçonnés d’avoir trempé dans cette aventure périlleuse. Et il n’y a pas que ça.

L'accès à l'article est réservé aux abonnés.

bouton2

Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

UNE CC 167

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Aller au haut
X

Right Click

No right click