Thomas SankaraQue s’est-il passé le 15 octobre 1987 à 16h 30 mn ? Salif Diallo, l’un des baroudeurs politiques du Régime Compaoré, a jeté, récemment, un pavé dans la marre : «J’étais à deux doigts de mourir avec Thomas Sankara», a-t-il déclaré. Ce jour-là, il était, dit-il, avec Blaise Compaoré, au domicile de ce dernier, lorsque les coups de feu ont retenti. Les deux hommes ont-ils, avec d’autres personnes, planifié le coup d’Etat ? Il prétend que «Blaise» était malade. Et que lui, Salif Diallo, était allé chercher un document chez ce dernier afin de le remettre à Sankara. Il affirme n’avoir pas trempé dans les méandres du coup d’Etat. Mais les langues se délient:

bouton2 Connexion Abonnement

Vous pouvez aussi nous contacter pour vous abonner en ligne.

Tél. bureau : (00226) 25 41 18 61

GSM             : (00226) 71 13 15 14


Actuellement en vente !

UneCC139

Courrier confidentiel est aussi disponible, en version papier, les 10 et 25 du mois, chez les revendeurs de journaux au Burkina Faso! (500 FCFA le journal)

Nos dix dernières Unes

Aller au haut