Livraison d’hélicoptères au Burkina : Aranko Sécurity veut encore capter des milliards de francs CFA du Trésor public

actualite

Livraison d’hélicoptères au Burkina : Aranko Sécurity veut encore capter des milliards de francs CFA du Trésor public

  • 0FCFA

L’affaire a défrayé la chronique suite à notre article publié dans CC N° 255. Cinq hélicoptères commandés par l’Etat ont été livrés sans respecter les normes requises. On a demandé des hélicoptères de combat, ils nous ont livré des hélicoptères civils. Ils ont voulu ensuite caracoler en allant démonter des pièces sur des hélicos tchadiens en panne afin de les remonter sur nos hélicos. Mais ça s’est mal passé. Plus de 900 millions de FCFA se sont envolés sans qu’aucune pièce n’ait été intégrée aux hélicoptères civils. Au total, le Burkina a dépensé, selon nos sources, plus de 30 milliards FCFA pour des hélicos livrés sans aucun respect des spécifications techniques. En réalité, l’homme d’affaires, Rafi Dermardirossian, vendeur d’armes de nationalité franco-arménienne, a obtenu, via l’une de ses sociétés dénommée Aranko Sécurity, le marché de livraison des hélicos. Mais dans la pratique, ce n’est pas elle qui l’a exécuté. Selon nos sources, elle a sous-traité l’achat des hélicos avec une autre société, Helinka. Et même pour aller chercher les pièces des vieux hélicos tchadiens afin de les intégrer à nos hélicos civils pour en faire des hélicos militaires, Aranko va sous-traiter, là aussi, avec une société française basée au Burkina, Aérotechnologies. Dans les deux cas, les clauses des contrats ont été violées. De façon fragrante. Y a –t-il une complicité dans la haute sphère de l’Armée ou de l’Etat visant à octroyer des marchés à l’homme d’affaires Rafi malgré le non-respect des clauses contractuelles ? Il nous revient, en effet, que malgré la non satisfaction des clauses du contrat concernant les cinq hélicos, Aranko Sécurity a introduit une nouvelle offre dans le but de livrer au Burkina, trois hélicoptères de même type. Cela va sans doute coûter des milliards de francs CFA. Des hélicoptères qui auraient été rejetés, selon nos sources, par un pays voisin. Le Burkina risque encore de plonger dans une aventure tumultueuse. Le Chef de l’Etat, lui, semble ne pas trop s’en préoccuper. Pourvu que ces appareils volent ! Et c’est tout ! Un peu comme si la lutte contre le terrorisme était devenue un «business» qui génère des milliards de francs aux profit de certains individus. Et au détriment de la sécurité des citoyens. Il faut impérativement repenser le mode d’attributions des marchés dans ce domaine.

Hervé D’AFRICK 

Lire aussi: Livraison d’hélicoptères au Burkina : plus de 908 millions de francs CFA à problèmes


Ecrit par Courrier Confidentiel