Je suis abonné (e)

LOGIN
Connectez-vous !
Avatar

Accès à votre compte

MERCI !

Mot de passe oublié? - Nom d'utilisateur oublié?

Utilisateur
Mot de passe

Pas encore abonné?

abn2

Retrouvez-nous sur...

Votre journal N°114

You must have the Adobe Flash Player installed to view this player.

Zephirin DiabA l’instar de la population burkinabè, l’Opposition politique a été informée le 5 janvier 2014 de la démission de 75 membres du bureau politique national du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP). Les raisons évoquées sont relatives aux « violations répétées des textes fondamentaux du CDP, à la caporalisation des organes et les instances du CDP, aux méthodes de gestion fondées sur l’exclusion, à la délation, aux intrigues, à l’hypocrisie, à la coterie, aux tentatives d’imposer la mise en place du Sénat au forceps et aux velléités de réviser la Constitution dans le but de sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels ».

Depuis cette date d’autres démissions continuent d’être enregistrées tant à Ouagadougou que dans d’autres localités du pays. Ces démissions en cascade sont la résultante de la décrépitude très avancée de ce parti qui a dominé la vie politique de notre pays durant les trois dernières décennies.
Ces démissions prennent un relief d’autant plus particulier qu’elles sont le fait d’acteurs politiques qui, durant plus de trois décennies, ont été les principaux architectes et les premiers animateur du pouvoir de blaise Compaoré.

L’Opposition politique salue et encourage ces démissionnaires qui ont décidé de s’attaquer à la forfaiture qui se prépare au plus haut sommet de l’Etat ; chose que l’Opposition a toujours dénoncée. Mieux, elle se réjouit du fait que les démissionnaires ont des points de convergents avec sa plateforme minimale dont le refus de la mise en place du Sénat et de la modification de l’article 37 de la Constitution.

L’Opposition politique accueille tous ceux qui veulent la rejoindre dans son noble combat. Elle le fera sur la base de ses positions politiques, dans le respect de ses principes et de ses méthodes de travail.

Pour empêcher la mise en place du sénat et la modification de l’article 37 de la Constitution, l’Opposition politique a besoin du concours de tous les démocrates et de tous les patriotes, sans exclusive aucune. L’Opposition travaille à l’union, au rassemblement le plus large possible et à l’unité d’action avec tous les fils et filles du pays qui veulent lui apporter leurs concours. L’Opposition espère que les démissionnaires qui ont franchi le rubicond s’engageront durablement avec détermination et constance, aux côtés du peuple burkinabè dans sa lutte contre la mise en place du sénat et la modification de l’article 37 de la Constitution.

Ouagadougou, le 16 janvier 2014

Pour l’Opposition politique,
Le Chef de File de l’Opposition,

Zéphirin DIABRE
Président de l’UPC

Nos dix dernières Unes

Aller au haut