UNIR/PS, FFS, CNR/MS : Vers la création d’un «Front progressiste»

sankLe Samedi 30 Août 2014, s’est tenu à l’Association Burkinabé pour le Management de la Qualité (ABMAQ) un atelier regroupant les membres des Secrétariats et Bureaux Exécutifs Nationaux du Conseil National Révolutionnaire/Mouvement Sankariste (CNR/MS), du Front des Forces Sociales (FFS) et de l’Union pour la Renaissance /Parti Sankariste (UNIR/PS) sur le thème «créer les conditions de l’alternance alternative ».

Après le mot introductif prononcé par le camarade Norbert Michel TIENDREBEOGO, président du comité d’initiative, un présidium de séance composé des trois chefs de partis et des camarades ZABRE Edouard du FFS et OUEDRAOGO Ousmane de l’UNIR/PS a conduit les échanges de l’atelier. Commencée aux environs de neuf heures par le Ditanyè, la rencontre a connu les moments forts suivants :

  1. L’examen d’un projet de manifeste dans lequel les trois partis unissent leurs visions, leurs forces et leurs moyens pour l’atteinte des objectifs communs ;
  2. L’examen du projet de statuts et de règlement intérieur devant régir le fonctionnement de l’union ;
  3. La signature d’un protocole d’accord en vue de la création d’un front progressiste sous forme d’union pour la réalisation des objectifs à court et moyen termes ;
  4. Un appel à tous les Sankaristes et les progressistes à renforcer l’Union pour les futures batailles communes.

Les responsables des trois partis politiques saisissent cette opportunité pour adresser toutes leurs félicitations et leurs encouragements aux militants Sankaristes, à l’ensemble des militants et sympathisants de l’opposition et à tout le peuple Burkinabé qui ne cessent de se mobiliser chaque jour davantage contre les velléités de tripatouillage de la constitution pour le maintien à vie au pouvoir du clan COMPAORE.

A la fin des travaux emprunts de camaraderie, les participants à l’atelier ont décidé de la convocation d’un Congrès Constitutif de l’union le 11 Octobre 2014 à Ouagadougou.

                                                                     

Fait à Ouagadougou le 30 Août 2014

                                            

Les rapporteurs

                

Nebnoma Edouard ZABRE                                                             Ousmane OUEDRAOGO

                                                                                        

FFS                                                                                                      UNIR/PS

LE MPP DENONCE LE "COMPLOT" DU CDP : "Les derniers soubresauts d’un clan en déconfiture"

ROCH3Déclaration. La naissance du MPP et son implantation à l’intérieur et à l’extérieur du pays ont semé une peur panique au sein de la direction du CDP. Depuis lors, une obsession l’anime: détruire, par tous les moyens, ce parti qui, avec les autres organisations de l’opposition, incarne l’échec du pouvoir patrimonial et à vie au Burkina Faso.

Tout a été utilisé : les insultes, la calomnie, le recours à l’intimidation, à la peur et à la terreur. Rien n’y fît. Le MPP est toujours debout et plus solide que jamais. De guerre lasse, le système jette toutes ses forces dans une ultime bataille : montrer à l’opinion publique nationale, africaine et internationale que le bateau MPP prend l’eau et faire croire que le parti au pouvoir se remet à flots avec le retour d’ « enfants prodigues ».

Pour ce faire, il fait circuler des ragots de vives tensions entre les premiers responsables du Parti. La dernière trouvaille sortie des officines secrètes du CDP est l’organisation, par des hommes de mains, des « démissions » médiatisées du MPP et des menaces de révélation de prétendus retours à la « maison » de « grosses pointures du MPP ».

Le ton est donné par la tragi-comédie du sieur Traoré Mohamed Lallé. Ce monsieur, lié à un bonze du CDP, a été obligé de recourir à cette bassesse pour se refaire une santé financière. Ayant quémandé, à cet effet, un service à son mentor, il s’est vu proposer le marché sordide suivant : démissionner du MPP de manière fracassante et avoir des marchés.

L’opération s’est soldée par le ridicule, grâce à la vigilance de la presse, car aucune liste n’a pu être brandie par le « démissionnaire » qui prétend être accompagné par plus de 200 personnes. Il faut du temps pour concocter une liste de démissionnaires ! Il fallait y penser avant la conférence de presse. Même mentir et tramer des intrigues exigent du talent et de la suite dans les idées !

La mascarade fut reconduite à Pabré avec la même déclaration liminaire qui ressasse les mêmes inepties : « absence de démocratie au MPP, manque de vision politique, accusation d’un seul homme, Blaise Compaoré, des malheurs du Burkina ».

Le plan prévu est d’étendre cette manœuvre à toutes les régions, toutes les provinces et toutes les communes. Partout, des hommes sans idéal, appâtés par le gain facile, seront commis à cette besogne : organiser des conférences de presse de pseudo-démissionnaires du MPP.

L’objectif est de jeter le trouble au sein des militants et sympathisants du Parti, de faire douter la population et la communauté internationale de la solidité et de l’ancrage populaire du MPP. Tout doit être fait pour accréditer l’idée de l’implosion prochaine du MPP.

Comme le dit l’Ecclésiaste : « vanité des vanités, tout n’est que vanité ». Ces dernières manœuvres ne sont que des gesticulations de noyé qui s’accroche à tout ce qui peut ressembler à une bouée de sauvetage. C’est le chant du cygne d’un système aux abois qui a toujours travaillé sans éthique et dont le credo est : la fin justifie les moyens.

A l’instar de toutes les autres tentatives de déstabilisation, celle-ci, qui se veut plus fine et plus intelligente, mais en réalité grotesque parce que cousue de fil blanc, échouera lamentablement.

Le MPP n’a pas été créé sur fond de clientélisme, ni de corruption ni d’intimidation. C’est l’adhésion consciente et volontaire de milliers d’hommes convaincus que le Burkina Faso mérite mieux que le sort actuel qui lui est fait, que le peuple burkinabè doit plus de respect et un mieux-être. Seules la bonne gouvernance et des institutions fortes peuvent les lui procurer. Et il faut les conquérir. C’est le sens du combat du MPP et de toute l’opposition républicaine.

Militants et sympathisants du MPP, opinion publique nationale et internationale, considérez ce complot à sa juste valeur : les derniers soubresauts d’un clan en déconfiture. Faites échec aux vendeurs d’illusions et autres prestidigitateurs.

Militantes et militants, sympathisantes et sympathisants du MPP, amis de l’intérieur et de l’extérieur, la direction du MPP demeure sereine et s’active à gérer les adhésions qui affluent tant au pays qu’à l’extérieur.

Armez-vous de courage, soyez rassérénés et poursuivez la lutte pour un MPP fortement implanté, structuré et déterminé, avec toutes les forces démocratiques burkinabè, à faire respecter la loi fondamentale de notre pays.

                                                                                              Démocratie-Egalité-Progrès

                                             Ouagadougou, le 30 août 2014

                                    Pour le Bureau Exécutif National

                                       Le Président

                                       Roch Marc Christian KABORE

Le gouvernement des Etats Unis avec USAID célèbre le progrès historique dans la lutte mondiale contre les Maladies Tropicales Négligées

image0121 milliard de traitements administrés à 465 millions parmi les plus pauvres du monde - Près de 153 millions de traitements administrés au Burkina Faso - Plus de 62 millions de personnes bénéficiaires entre 2006 et 2013

Lundi 25 août 2014 - L'Agence américaine pour le développement international (USAID) a annoncé aujourd'hui qu‘à travers son programme de lutte contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN), elle avait soutenu la distribution d’un milliard de traitements contre les MTN aux populations les plus pauvres du monde, atteignant environ 465 millions de personnes dans 25 pays au cours des 8 dernières années.

Les MTN affectent plus d’un milliard de personnes dans le monde – soit un sixième de la population mondiale - dont environ 800 millions d'enfants.

Ces maladies sont parfois mortelles – on estime qu’environ 500 000 personnes meurent chaque année des conséquences d’une MTN – mais elles sont aussi handicapantes pour des millions de personnes : Certaines de ces maladies rendent aveugles, d’autres provoquent des handicaps physiques lourds et des souffrances chroniques, d’autres quant à elles jouent sur l’état nutritionnel et donc sur le développement des individus, en particulier celui des enfants et des femmes en âge de procréer.

En plus de ces conséquences, ces maladies ont aussi des effets psychologiques et économiques désastreux pour les individus et pour leurs communautés. En effet, certaines personnes touchées par ces maladies sont confrontées à une forte stigmatisation dans leur communauté d’origine. D’autre part, elles doivent faire face à une importante perte de productivité et de revenus sachant que les populations touchées par les MTN sont souvent les plus pauvres et les plus marginalisées de ce monde.

Au Burkina Faso, on trouve 16 des 17 MTN répertoriées par l’Organisation Mondiale de la Santé. En effet, à l’exception de la maladie de Chagas, toutes les autres infections sont présentes et constituent des endémies majeures. Depuis ses débuts en 2006, le programme MTN de USAID a mis l'accent sur la mise en œuvre à grande échelle de programmes intégrés de lutte contre les maladies tropicales négligées. Il s’est agi, en particulier, d’appuyer le passage à l'échelle de programmes de traitement de masse permettant de lutter contre 5 de ces maladies pouvant être prévenues par la chimio-prophylaxie, c’est-à-dire la prise de médicaments. Ces maladies sont le trachome, la schistosomiase, l’onchocercose, la filariose lymphatique et les géo-helminthiases.

Avant le démarrage des campagnes de masse contre ces cinq maladies au Burkina Faso, tous les districts sanitaires étaient endémiques à une ou plusieurs de ces MTN avec des degrés d’endémicité différents. Ainsi, environ 14,2 millions de personnes étaient à risque de contracter une ou plusieurs de ces maladies.

Avec le soutien financier de l’USAID et l’appui technique d’Helen Keller International (HKI), le Burkina a déjà atteint des résultats extrêmement encourageants dans la lutte contre les MTN.

Près de 153 millions de traitements ont été fournis à plus de 62 millions de personnes entre 2006 et 2013 soit environ 19 millions de personnes traitées annuellement pour les cinq maladies. Il est a noté qu’une même personne peut recevoir plusieurs traitements pour différentes MTN.

Sur les 63 districts initialement endémiques à la Filariose Lymphatique, 22 districts ont pu arrêter le traitement suite à des enquêtes qui ont montré l’arrêt de la transmission de cette maladie après plusieurs années de traitements de masse annuels.

Sur les 30 districts endémiques au trachome suite à la cartographie de base, seulement 5 districts sont toujours en traitement, soit 25 districts qui ont pu arrêter les traitements de masse.

Plus de 7 millions de dollars ont été investis par le peuple américain entre 2011 et 2014 au Burkina Faso pour permettre la distribution de ces médicaments préventifs à toutes les populations à risque, soit près de 900 millions de FCFA chaque année.

Au niveau mondial, de 2006 à nos jours, USAID a pu appuyer 25 pays touchés par les MTN à fournir un milliard de traitements contre les MTN et ce résultat spectaculaire a été atteint en moins de huit ans.

Pour célébrer cet événement, l'USAID a lancé le 8 mai dernier une campagne appelée « appelée « Un Milliard et Plus: Accélérant les Actions visant à Eliminer les Maladies Tropicales Négligées d’ici 2020

Le Burkina Faso participera à cette célébration par l’organisation d’un cocktail auquel participeront les plus hautes autorités du Ministère de la Santé et de l’Ambassade des Etats-Unis, les partenaires bilatéraux impliqués dans la lutte contre les MTN et les ONG partenaires.

«Notre succès dans la plupart des pays où nous soutenons les ministères de la santé dans la réduction de la charge des MTN est en grande partie dû à la puissance des partenariats engagés - une pierre angulaire du programme MTN de USAID," explique le Dr Ariel Pablos-Mendez, Administrateur Adjoint du Bureau Mondial de la Santé de USAID. Le programme MTN de USAID est le plus grand partenariat public-privé dans les 50 ans d’histoire de l'Agence. Ce partenariat a facilité à ce jour des dons de médicaments d’une valeur de 6,7 milliards de dollars (soit plus de 3 216 milliards de FCFA) destinés aux populations dans le besoin, ce qui représente l'un des partenariats les plus rentables et les plus innovants en matière de santé mondiale. »

L'USAID appuie les ministères de la santé et de l'éducation des différents pays, qui sont souvent en première ligne dans la lutte contre les MTN au niveau communautaire, à cibler et à fournir un traitement de manière efficace à tous ceux qui en ont besoin.

Les dons de médicaments de plusieurs firmes pharmaceutiques jouent un rôle central dans le succès de ce programme. Cinq des médicaments nécessaires pour traiter les maladies tropicales négligées : l'albendazole, le mébendazole, le Mectizan ®, le praziquantel et le Zithromax ®, sont donnés gratuitement aux pays concernés par des firmes pharmaceutiques que sont GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, Merck et Co., Inc., Merck KGaA / EMD Serono et Pfizer, respectivement.

Au Burkina Faso, ce partenariat avec les programmes de donation des firmes pharmaceutiques suscitées permet de couvrir les besoins du pays en matière de médicaments chaque année et donc de mener les campagnes de traitement de masse dans l’ensemble des districts ciblés.

"Bien que ce soit un moment de célébration pour l'USAID et nos partenaires, nous devons continuer à travailler dur et plus intelligemment pour atteindre les objectifs énoncés dans la Feuille de Route de l'Organisation Mondiale de la Santé pour le contrôle et l'élimination des maladies tropicales négligées", dit le Dr Pablos-Mendez. "Beaucoup de médicaments indispensables sont disponibles grâce aux dons de nos partenaires pharmaceutiques, mais ces médicaments ne peuvent atteindre ceux qui en ont le plus besoin que lorsqu’on a l’assurance que des mécanismes et des plans distribution sont en place dans le pays. Il est maintenant temps d’augmenter ces investissements en provenance des pays et des bailleurs de fonds pour s'assurer que les médicaments contre les MTN seront fournis. Perdre cet investissement nous ferait revenir en arrière par rapport aux progrès réalisés à ce jour ».

# # #

À PROPOS: Le programme MTN de USAID s'efforce de contrôler et d'éliminer cinq MTN (filariose lymphatique, onchocercose, schistosomiase, géo-helminthiase et trachome), qui causent des maladies évitables, beaucoup de souffrance et des invalidités majeures dans de nombreuses communautés parmi les plus vulnérables du monde. Le programme a soutenu la livraison d'un milliard de traitements à plus de 465 millions de personnes dans 25 pays à ce jour, contribuant à la prévention des maladies qui peuvent causer la malnutrition des enfants et sérieusement entraver leur développement mental et physique, ainsi que rendre les adultes incapables de travailler ou de gagner leur vie. En tant que leader mondial dans la mise en œuvre à grande échelle de programmes intégrés de traitement contre les MTN, USAID offre à certains des citoyens les plus pauvres du monde une occasion d'avoir une vie pleine et productive. Pour plus d'informations sur le programme MTN, prière de visiter le site de USAID : http://www.neglecteddiseases.gov/.

Le peuple américain, à travers l'Agence américaine pour le développement international, à fourni une assistance économique et humanitaire dans le monde entier depuis plus de 50 ans.

Pour plus d'informations sur USAID et ses programmes, s'il vous plaît visitez www.usaid.gov

OPPOSITION POLITIQUE : Consignes pour la marche-meeting contre le référendum le 23 août 2014

ZephvConcitoyennes, Concitoyens, Populations de Ouagadougou et du Kadiogo,

Je voudrais, au nom de toute l’Opposition Politique burkinabè, saluer votre détermination à rejeter vigoureusement et de manière républicaine, le référendum, la révision de l’article 37 et le pouvoir à vie.

Le Samedi 23 Août 2014, nous allons une fois de plus nous rassembler à Ouagadougou et marcher.

Le rassemblement aura lieu à 06h00 au Terrain vague situé à environ 100 mètres du Rond-Point de la Patte d’Oie. L’itinéraire qui sera suivi est :

Terrain vague situé à environ 100 mètres du Rond-Point de la Patte d’Oie- Route Ouaga 2000 jusqu’à la station PETROFA -Route Lycée des Nations et Universalis–Route Savane FM–Route Marché de Paglayiri– Terrain vague situé à environ 100 mètres du Rond-Point de la Patte d’Oie.

Pour garantir le succès de notre manifestation et assurer la plus grande sécurité des participants, nous devons nous conformer aux consignes du comité d’organisation.

De ce fait, je vous invite à respecter scrupuleusement les mesures non exhaustives ci-après :

-         Le rassemblement au Terrain vague situé à environ 100 mètres du Rond-Point de la Patte d’Oie commence à 06 h00. La ponctualité est de rigueur, afin que la marche puisse démarrer à l’heure ;

-         Tous les manifestants doivent se rendre au point initial de rassemblement, qui est le Terrain vague situé à environ 100 mètres du Rond-Point de la Patte d’Oie. Ils doivent éviter tout rassemblement parallèle, à quelque lieu que ce soit, avant, pendant et après la marche ;

-         Les manifestants doivent prêter une attention particulière aux consignes qui seront données avant le début de la marche ;

-         Il est fortement demandé aux organisations participantes de prendre contact avec le service de communication du CFOP (Mr Konkobo) pour l’harmonisation des slogans, banderoles, et autre messages.

-         La marche se déroulera en suivant un agencement et un ordre qui seront annoncés par le comité d’organisation avant le début de la marche ;

-         Nul n’est autorisé à commencer la marche avant le signal officiel qui sera donné par le Chef de File de l’Opposition ;

-         Il est impératif de se conformer strictement à l’itinéraire officiel retenu par le comité d’organisation et de le parcourir uniquement dans le cadre du cortège officiel ;

-         Tout manifestant qui ne se conformerait pas à l’itinéraire, à l’agencement et à l’ordre établis par le comité d’organisation, ou qui ne respecterait pas les consignes de sécurité   sera immédiatement expulsé du cortège ;

-         Il est strictement interdit d’être en possession de quelque arme ou projectile que ce soit : arme à feu, couteaux, flèches, lances, cailloux, pointes, bois, etc. ;

-         Il est strictement interdit aux manifestants de provoquer les forces de l’ordre, de les agresser physiquement, de les injurier, de jeter vers eux des projectiles, ou de bousculer les barrières de sécurité ;

-         Il est demandé aux manifestants de ne pas répondre aux injures et autres provocations que des adversaires de la marche pourraient proférer en direction du cortège ;

-         Il est strictement interdit aux manifestants de se bagarrer ou de proférer des injures au sein du cortège ;

-         Il est strictement interdit de détruire les feux rouges, de dégrader les bâtiments, de casser les boutiques des commerçants, ou de piller les étals des marchands ;

-         Toute personne qui se livrerait à des provocations, à des casses, ou qui tenterait de semer le désordre, sera maitrisée par le service de sécurité à ses dépens ;

-         Il est fortement recommandé aux manifestants de se munir d’un sachet d’eau pour se désaltérer, et d’un mouchoir pour éponger la sueur ;

-         Une fois la manifestation terminée, les manifestants sont invités à regagner leurs domiciles dans le calme, à éviter strictement tout attroupement et à ne pas répondre aux éventuelles provocations.

-         Dans tous les cas et dans toutes les situations, avant, pendant et après la manifestation, les manifestants sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions du Service d’ordre du comité d’organisation.

Concitoyennes, Concitoyens, Peuple du Burkina,

Il est impératif, pour le succès de notre lutte, que ces consignes soient respectées à la lettre.

La direction politique de l’Opposition lance un appel spécial à la jeunesse militante de notre pays, pour qu’elle fasse preuve de grande discipline et de forte retenue avant, pendant et après la marche. Nous devons continuer à montrer à tous les Burkinabè et à la face du monde que nous sommes des opposants fermes mais responsables, combatifs mais attachés à la sauvegarde de la paix sociale, soucieux de la sécurité des personnes et des biens, et capables de faire entendre nos revendications dans l’ordre et la discipline.

J’accorde une importance particulière au respect strict des dispositions sus-énoncées.

Ouagadougou, le 21 août 2014

Le Chef de File de l’Opposition

Zéphirin DIABRE