COMMUNIQUE DE PRESSE : Les Etats-Unis s’engagent à mobiliser 100 professionnels de la santé en Afrique pour faire face à l’épidémie d’Ebola

barakWASHINGTON DC le 15 Septembre 2014- Les Etats-Unis ont déclaré qu’ils appuieront l’initiative prise par l’Union africaine de déployer d’urgence, en Afrique de l’Ouest, un personnel médical formé et équipé pour aider à combattre l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola. Il s’agit du plus important déploiement de personnel essentiel jamais effectué dans cette sous-région. Cette contribution de 10 millions de dollars porte à plus de 100 millions de dollars le montant déboursé par les Etats-Unis pour faire face à l’épidémie d’Ebola. Ce financement fait suite à l’annonce faite par l’USAID la semaine dernière de son intention de débourser jusqu’à 75 millions de dollars à titre de financement additionnel.

Les Etats-Unis sont déterminés à travailler avec la communauté internationale pour aider à endiguer le plus rapidement possible cette épidémie et saluent le leadership démontré par l’UA pour mobiliser la réponse africaine à la crise. Ce financement de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et du Département d’Etat américain servira au déploiement d’environ 100 professionnels de la santé au Liberia, en Guinée-Conakry, au Nigeria et en Sierra Leone, dont 25 médecins, 45 infirmiers et autres agents essentiels pour gérer et diriger les centres de traitement d’Ebola où sont isolées et traitées les personnes affectées par la maladie, tout en aidant à minimiser la propagation d’Ebola.

« Les Etats-Unis sont déterminés à soutenir l’action de l’Union africaine face aux besoins urgents de l’Afrique de l’Ouest, du fait de cette maladie vicieuse. Nous pouvons et nous allons éradiquer cette épidémie, mais il faudra un effort coordonné de l’ensemble de la communauté internationale », a déclaré le Dr Rajiv Shah, administrateur de l’USAID.

L’Organisation mondiale de la santé et les Organisations non-gouvernementales intervenant sur le terrain dans la région continuent d’insister sur la nécessité d’avoir des professionnels de santé bien formés pour faire face cette épidémie d’Ebola qui est la plus répandue et la plus ravageuse depuis la découverte de ce virus. Les professionnels de la santé (infirmiers, médecins et auxiliaires médicaux) souhaitant participer à cette riposte historique peuvent le faire en s’inscrivant à l’adresse suivante: www.usaid.gov/ebola. La contribution du gouvernement américain sera utilisée pour le transport et la prise en charge du personnel médical de l’UA déployé à travers l’Afrique de l’Ouest, en plus de leur fournir les équipements sanitaires et les fournitures d’urgence nécessaires pour y faire face.

Parallèlement, l’USAID offre des ressources pour l’achat de 1.000 nouveaux lits, 130.000 jeux d’équipements de protection individuelle et 50.000 kits d’hygiène.

Un effort coordonné et global est nécessaire pour combattre l’épidémie et les Etats-Unis restent déterminés à travailler avec l’UA et la communauté internationale pour éradiquer l’épidémie d’Ebola et sauver des vies. Les Etats-Unis continueront à apporter leur appui aux gouvernements d’Afrique de l’Ouest pour mettre fin à cette épidémie.

Ambassade des Etats-Unis d’Amérique

Secteur 15, Avenue Sembene Ousmane, Ouaga 2000, Ouagadougou, Burkina Faso

Phone: 50-49-53-00

COMMUNIQUE DU SERVICE DE COMMUNICATION DU PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE DE CÔTE D’IVOIRE

Soro 2Nous avons pris connaissance d’une dépêche de l'Agence France Presse datée du dimanche 7 septembre 2014, titrée: « Une compagne de Guillaume Soro poursuivie pour traite d’êtres humains ».

Le traitement partial des faits et la teneur diffamatoire de cet article appellent les mises au point suivantes :

- Le Président de l’Assemblée Nationale, S.E. M. Guillaume Kigbafori Soro porte un démenti formel aux allégations énoncées, dans lesquelles il ne se reconnaît nullement.

- Il se réserve la possibilité d'user des voies de Droit contre toute personne ou entité qui viserait à porter atteinte à son honneur ou à la dignité de sa famille.

Fait à Abidjan, le lundi 08 septembre 2014

                                                     Le Service de Communication

                                                   du Président de l'Assemblée Nationale

 

NDLR: Lire un article concernant cette affaire ici: http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140908111947/justice-guillaume-soro-esclavage-justice-francaise-justice-cote-d-ivoire-une-compagne-de-guillaume-soro-jugee-pour-traite-d-etres-humains-en-france.html

INTERVENTION DES FORCES DE L’ORDRE A DJIBO : L’opposition condamne la «répression aveugle»

SoumDéclaration. Le 4 septembre 2014, les forces de l’ordre ont violemment dispersé à Djibo des manifestants aux mains nues qui réclamaient le démarrage des travaux de bitumage de l’axe Djibo-Kongoussi annoncé par le Gouvernement depuis janvier 2013. L’intervention musclée des forces de l’ordre a fait plusieurs blessés et occasionné plusieurs interpellations.

L’Opposition politique comprend les frustrations des populations de Djibo qui les ont conduits à mener des actions désespérées tels que le blocage du trafic sur l’axe Djibo-Kongoussi et l’incendie de bâtiments publics. En effet, la gestion des ressources publiques par le gouvernement laisse penser que les ressources de l’Etat sont extensibles à volonté. Pendant que le gouvernement est disposé à consacrer des ressources publiques pour mettre en place un sénat rejeté par la population, organiser un référendum également rejeté par la population, il dit ne pas pouvoir mobiliser les ressources pour soulager la misère des populations.

Le peuple burkinabè et particulièrement la population de Djibo ne comprennent pas que des secteurs névralgiques tels que l’élevage, le désenclavement, l’éducation, la santé etc. soit délaissés au profit des intérêts égoïstes du gouvernement du Président Blaise COMPAORE.

Soum2L’Opposition politique condamne cette répression aveugle des forces de l’ordre sur des populations qui ne réclament que le gouvernement accorde une attention à leur condition de vie. L’Opposition invite les autorités à faire libérer sans délai les personnes interpelées.

L’Opposition souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées. Elle demande aux populations d’éviter les actions désespérées et de privilégier les formes de luttes républicaines. L’Opposition tient à féliciter la population de Djibo pour sa prise de conscience dans la nécessité de s’organiser et de se mobiliser afin de faire front face à la démission du gouvernement quant à la satisfaction de leurs besoins essentiels.

Ouagadougou, le 04 septembre 2014

Le Chef de File de l’Opposition

Zéphirin DIABRE

UNIR/PS, FFS, CNR/MS : Vers la création d’un «Front progressiste»

sankLe Samedi 30 Août 2014, s’est tenu à l’Association Burkinabé pour le Management de la Qualité (ABMAQ) un atelier regroupant les membres des Secrétariats et Bureaux Exécutifs Nationaux du Conseil National Révolutionnaire/Mouvement Sankariste (CNR/MS), du Front des Forces Sociales (FFS) et de l’Union pour la Renaissance /Parti Sankariste (UNIR/PS) sur le thème «créer les conditions de l’alternance alternative ».

Après le mot introductif prononcé par le camarade Norbert Michel TIENDREBEOGO, président du comité d’initiative, un présidium de séance composé des trois chefs de partis et des camarades ZABRE Edouard du FFS et OUEDRAOGO Ousmane de l’UNIR/PS a conduit les échanges de l’atelier. Commencée aux environs de neuf heures par le Ditanyè, la rencontre a connu les moments forts suivants :

  1. L’examen d’un projet de manifeste dans lequel les trois partis unissent leurs visions, leurs forces et leurs moyens pour l’atteinte des objectifs communs ;
  2. L’examen du projet de statuts et de règlement intérieur devant régir le fonctionnement de l’union ;
  3. La signature d’un protocole d’accord en vue de la création d’un front progressiste sous forme d’union pour la réalisation des objectifs à court et moyen termes ;
  4. Un appel à tous les Sankaristes et les progressistes à renforcer l’Union pour les futures batailles communes.

Les responsables des trois partis politiques saisissent cette opportunité pour adresser toutes leurs félicitations et leurs encouragements aux militants Sankaristes, à l’ensemble des militants et sympathisants de l’opposition et à tout le peuple Burkinabé qui ne cessent de se mobiliser chaque jour davantage contre les velléités de tripatouillage de la constitution pour le maintien à vie au pouvoir du clan COMPAORE.

A la fin des travaux emprunts de camaraderie, les participants à l’atelier ont décidé de la convocation d’un Congrès Constitutif de l’union le 11 Octobre 2014 à Ouagadougou.

                                                                     

Fait à Ouagadougou le 30 Août 2014

                                            

Les rapporteurs

                

Nebnoma Edouard ZABRE                                                             Ousmane OUEDRAOGO

                                                                                        

FFS                                                                                                      UNIR/PS