CRASH D'UN AVION D'AIR ALGERIE: "Aucun survivant"; 48 heures de deuil au Burkina Faso

Air AlgrieDepuis ce matin 24 juillet 2014, le Burkina Faso se trouve confronté à ce qu’il convient de qualifier de la plus grande tragédie de son histoire aéronautique. En effet, un avion de type MD 83 affrété par la compagnie Air Algérie effectuant le vol n°AH 5017 reliant Ouagadougou à Alger, avec à son bord 110 passagers et 06 membres d’équipage, a perdu le contact avec les services de contrôle de la navigation aérienne.

Selon la liste communiquée par la représentation de la compagnie au Burkina Faso et après recoupements des talons des tickets d’embarquement à l’aéroport international de Ouagadougou, 110 passagers et 06 membres d’équipage étaient à bord dont 28 burkinabè.

Dès l’annonce de la tragédie, le gouvernement a activé une cellule de crise au Centre des opérations d’urgences (CDOU) sis à l’aéroport international de Ouagadougou où les familles et les proches des victimes sont pris en charge aux plans psychologique, social et médical.

Notre dispositif de recherche et de sauvetage actionné de concert avec ceux du Mali, du Niger, de l’Algérie en collaboration avec celui de la France au Nord Mali a permis de recueillir des témoignages et des indices concordants.

Deux aéronefs spécialisés dans les recherches ainsi qu’un hélicoptère ont été mobilisés par notre pays.

Ces équipes ont, aux environs de 18 h 40 GMT, localisé l’épave en territoire malien à une cinquantaine de kilomètres de nos frontières.

Le gouvernement burkinabè présente sa compassion aux familles des victimes.

A toutes ces nations, éplorées par ce drame, le gouvernement renouvelle sa solidarité et dit toute sa disponibilité à assister les familles dans ces instants douloureux.

Des numéros verts ont été mis en place, le 79 12 00 43 et le 75 68 21 59et le gouvernementinvite par conséquent, toutes les personnes concernées à entrer en contact avec la cellule de crise pour avoir toutes les informations nécessaires sur la suite des évènements

Par décret présidentiel, Son Excellence Monsieur le Président du Faso invite toute la nation à observer un deuil de 48 heures pour compter de demain vendredi 25 juillet 2014 à partir de 06h00 du matin.

Pour le Gouvernement du Burkina Faso

Son Excellence Beyon Luc Adolph TIAO

   Premier Ministre, Chef du Gouvernement

 

Télécharger le decrét présidentiel ici !

Disparition d’un avion d’Air Algérie : Le communiqué du gouvernement burkinabè

Air AlgrieUn avion de type MD 83 affrété par la compagnie Air Algérie effectuant le vol n°AH 5017 et ayant à son bord 110 passagers et 06 membres d’équipage reliant Ouagadougou à Alger a perdu le contact avec les services de contrôle de la navigation aérienne à une heure de son arrivée à sa destination.

Parti de l’aéroport international de Ouagadougou à 1h17mn, l’aéronef a eu son dernier contact avec le contrôle aérien nigérien à 1h47mn, heure à laquelle l’équipage a informé qu’il contournait un orage.

Notons que la tour de contrôle burkinabè avait transféré la prise en charge de l’aéronef à celle du Niger à 1h38mn.

A son bord, il y avait selon la liste provisoire communiquée par la représentation de la compagnie au Burkina, 51 français, 27 burkinabè, 08 libanais, 06 espagnoles, 06 algériens, 05 canadiens, 04 allemands, 02 luxembourgeois, 01 camerounais, 01 nigérian, 01 ukrainien, 01 suisse, 01 malien, 01 belge, 01 égyptien, et 01 roumain.

Une cellule de crise est installée au Centre des opérations d’urgences (CDOU) sis à l’aéroport international de Ouagadougou où les familles et les proches des passagers sont pris en charge et les recherches coordonnées.

Les dispositifs de recherche et de sauvetage du Burkina, du Mali, du Niger, de l’Algérie en collaboration avec celui de la France au nord Mali sont activés.

Le gouvernement dit toute son émotion et sa solidarité aux familles et met tout en œuvre pour tenir l’opinion informée des évolutions de la situation.

Le Service d’information du Gouvernement

Les Etats-Unis octroient 485 millions de francs CFA au Gouvernement du Burkina Faso pour soutenir le processus électoral

OUAGADOUGOU, 17 juillet 2014 - USAID, l’Agence des États-Unis pour le Développement International a procédé à la signature d’un amendement à l’accord d’assistance entre l’USAID et le Ministère de l’économie et des Finances. Cet accord d’assistance montre l’engagement des Etats-Unis et de l’USAID à accompagner le Burkina Faso et les Burkinabè dans la construction d’une démocratie possédant des institutions fortes et stables.

ceni bf

Madame Susan Fine, Represente de l’USAID pour le Sénegal, le Niger, le Burkina, le Tchad et la Mauritanie et Mr le Ministre de l’Economie et des Finances, Lucien Marie Noël Bembemba

 

Le présent amendement à l’accord d’assistance consiste en un financement d’un million de dollars américain, soit environ 485 millions de francs CFA supplémentaire pour soutenir la CENI dans le cadre des élections de 2015. Il a entre autres objectifs le renforcement des relations entre les partis politiques et la société civile.  .

Avec la signature de cet amendement, c’est un total de seize millions de dollars ($16,000,000) soit sept milliards sept cents soixante mille francs CFA (7.000 760.000 FCFA) que le gouvernement américain à travers l’USAID aura investi depuis le mois d’août 2013 dans le cadre de l’accord d’assistance bilatérale entre les Etats-Unis d’Amérique et le Burkina Faso.

Les Etats-Unis se réjouissent de la collaboration avec le gouvernement du Burkina Faso dans la poursuite de leurs objectifs communs.

Fait à Ouagadougou le 17 juillet 2014

Brenda Soya

Directrice des Affaires Culturelles et de la Presse

EXPLOSION A LARLE : deux individus auditionnés

ExplosionLa forte explosion qui a eu lieu dans la soirée du 15 juillet, à Larlé, l'un des quartiers populaires de Ouagadougou, a provoqué d'énormes dégâts. Selon le Directeur général de la Sécurité intérieure, Colonel Omer Bationo, «deux décès ont été constatés, des morceaux de corps retrouvés et supposés appartenir à deux personnes différentes, 38 blessés dont 32 évacués et 25 maisons complètement ou partiellement effondrées». Les recherches se poursuivent. L’explosion s’est produite "dans une maison en banco, initialement louée par deux individus qui y entreposaient des sacs dont le contenu reste à déterminer", indique le Service d'information du gouvernement. Une enquête a été ouverte. Selon des sources sécuritaires qui suivent de près l'évolution du dossier, les deux individus qui occupaient la maison ont été auditionnés dans la nuit du 15 juillet, aux environs de 22h TU. Affaire à suivre.

www.courrierconfidentiel.net

Recherche