addiction to viagra cialis online order non prescription type viagra purchase cialis online canada medical prescription viagra generic viagra cheap viagra boots uk viagra 25mg non rx cialis discount cialis cialis tadalafil reviews cialis 10 mg

PRESIDENCE DU FASO: Rencontre entre le Président Kafando et les représentants de l'Armée

Déclaration liminaire

2 Michel Kafando a la ceremonie dinvestiture le 18 novembre 2014 a ouagadougouMonsieur le Ministre de la Défense nationale et des Anciens Combattants,

Monsieur le Chef d’Etat-Major général des Armées,

Officiers,

Sous-officiers,

Militaires du rang,

Après tant d’occasions manquées, nous voici enfin rassemblés pour cette rencontre statutaire, qui réunit annuellement le Président du Faso et les Représentants des forces armées.

Vous imaginez tout le plaisir et l’opportunité que j’ai, en cette circonstance, d’échanger et de faire partager avec vous, les sentiments qui m’animent au sujet de la place et du rôle de notre Armée dans la vie nationale.

Notre éminent professeur, de vénéré mémoire, Joseph KI-ZERBO, disait (je le cite) : « l’Armée est une des forces les mieux organisées, la plus cohérente, celle qui, d’office peut devenir l’un des leviers puissants de l’intégration nationale. A condition qu’elle soit intégrée elle-même dans la nation.

Cela est d’autant plus valable au Burkina Faso que nous avons la chance de compter dans notre Armée nationale des officiers, des sous-officiers et des soldats d’élites. » (fin de citation).

Et moi j’ajoute que notre Armée est d’essence populaire et donc au service du peuple.

Etre au service du peuple, signifie d’abord qu’elle doit avoir une claire conscience de son rôle, qui est de s’intégrer aux masses et prendre sa part de l’effort de développement national.

S’intégrer dans la nation suppose qu’elle doit le faire de façon ordonnée, c’est-à-dire dans la cohésion ; la discipline, comme on le sait, faisant la force de l’armée.

J’insiste beaucoup sur cette nécessité pour notre armée de demeurer unie et solidaire, sans esprit partisan, de clanisme ou d’élitisme. Et surtout loin des chapelles politiques. De ce point de vue, les discordes qui sont apparues tout dernièrement peuvent, grâce à l’esprit de cohésion que je prêche ardemment, trouver des points de convergence. Je le souhaite, en tout cas, pour la paix et la stabilité de notre cher pays.

Au plan des doléances, je le comprends, une institution comme la vôtre ne peut pas ne pas avoir des doléances. Je les prends à mon compte et instruirai le gouvernement de les examiner avec la plus grande attention. Au demeurant, les échanges que nous aurons tout à l’heure, nous aideront à identifier ce qu’il nous sera possible de faire ensemble.

Pour terminer, je voudrais saluer les dignes représentants de notre armée que vous êtes. Je vous envoie comme des messagers porter à tous vos collègues, la seule vérité qui doit être votre profession de foi, en ce moment de transition que nous vivons : s’unir pour réussir.

Je vous remercie.

EXTRAIT DU RAPPORT DU CONSEIL DES MINISTRES DU 4 MARS 2015 : Dossiers de crimes de sang et de crimes économiques

JUSTICE"Le deuxième rapport est relatif à l’état des grands dossiers de crimes de sang et de crimes économiques en instance.

Les dossiers les plus importants de crimes de sang en cours au Tribunal de grande instance de Ouagadougou concernent les affaires Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, Boukary DABO, Flavien NEBIE, Salif NEBIE, les découvertes macabres au domicile de François COMPAORE, les crimes et délits contre les personnes et les biens commis lors de l’insurrection populaire de fin octobre 2014.

Les grands dossiers de crimes économiques concernent essentiellement l’affaire Ousmane GUIRO.

Le Conseil a instruit le ministre en charge des dossiers à prendre les mesures idoines pour donner une suite diligente à ces grands dossiers en cours au Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Le troisième rapport est relatif à un décret portant autorisation d’exhumation et d’expertises des restes du Président Thomas Isidore Noël SANKARA.

L’adoption de ce décret permet aux ayants-droit de feu Thomas Isidore Noël SANKARA, Président du Faso du 4 août 1983 au 15 octobre 1987, d’ouvrir la tombe supposée contenir son corps et de faire procéder à toutes expertises nécessaires à l’identification"

DOSSIER THOMAS SANKARA : «Ni contact officiel, ni accord» entre la famille et les autorités de la transition

Mariam SankaraC'est avec surprise que la famille du Président Thomas SANKARA a appris des médias, qu’elle aurait été approchée par les autorités de la transition et surtout qu'un accord serait intervenu sur des modalités, concernant la réouverture du dossier juridique et les travaux légistes d'identification de la tombe présumée de Thomas SANKARA.

La famille tient à porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, que jusqu’à ce jour, elle n’a reçu aucun contact officiel, et que bien entendu aucun accord n’a pu intervenir.

Elle réaffirme tout de même sa disponibilité à discuter des modalités concernant le dossier juridique et les travaux légistes qu’elle a sollicités.

Elle profite de l’occasion pour réitérer ses encouragements aux autorités de tourner la page de l’impunité et de lancer conformément à la décision onusienne les investigations ainsi que les procédures d’identification légistes qui ne peuvent s’entendre que dans le cadre d’une procédure d’instruction à même d’aboutir à la manifestation de la vérité. A ce sujet, les conseils de la famille tiendront dans les jours avenirs, une conférence de presse pour permettre au peuple burkinabé d’être informé de l’évolution du traitement du dossier.

Montpellier, le 03 mars 2015

Pour la famille

MariamSANKARA

http://www.rfi.fr/afrique/20150225-burkina-faso-gouvernement-societe-civile-entament-dialogue-michel-kafando-thomas-sa/

REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES: Voici le programme !

Ceni Observateur2Le président de la CENI informe le public et particulièrement les acteurs du processus électoral que l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales se déroulera du 03 mars 2015 au 18 mai 2015 sur tout le territoire national suivant un plan de déploiement qui le répartit en six (06) zones, conformément au programme ci-dessous.

Programme de l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales 2015

ZONES     PROVINCES COUVERTES PERIODE D’ENROLEMENT ET NOMBRE D’EMPLACEMENTS

1

Oudalan-Seno-Soum-Yagha-Bam-Namentenga-sanmatenga-kourwéogo

03 Mars au 09 Mars 2015

2186 emplacements

2

Bazega-Nahouri-Zoundwéogo-Oubritenga-Lorum-Yatenga-Zondoma-Passoré

17 Mars au 23 Mars 2015

2152 emplacements

3

Boulkiemdé-sanguié-Sissili-Ziro-Bougouriba-Ioba-Noumbiel-Poni

31 Mars au 06 Avril 2015

2219 emplacements

4

Balé-Banwa-Kossi-Mouhoun-Nayala-Sourou-Comoé-Léraba-Kénédougou-Tuy

14 Avril au 20 Avril 2015

2188 emplacements

5

Gnagna-Gourma-Komondjari-Kompienga-Tapoa-Boulgou-Koulpélogo

28 Avril au 04 Mai   2015

2146 emplacements

6

Kadiogo-Houet-Kouritenga-Ganzourgou

12 Mai au 18 Mai 2015

2120 emplacements

Pour le Président et par Délégation

Le Secrétaire Général

                                                                            

Dramane Ernest DIARRA

Officier de l’Ordre National