PALAIS DE KOSYAM : Le Président est coincé !

BLAISE COMPLe programme du Président Compaoré a été chamboulé. Il devait être à New York du 22 au 27 septembre. Mais il a annulé dare-dare son voyage. Le fauteuil qu’il devait occuper lors de la 69e session de l’Assemblée générale des Nations unies est resté désespérément vide. Le thème de cette session était d’ailleurs gênant pour lui: «Réaliser et mettre en œuvre un programme transformateur de développement pour l’après-2015». Or, son dernier mandat s’achève avant la fin de 2015. Blaise Compaoré, déjà fortement acculé, au plan intérieur, par l’opposition qui tient, coûte que coûte, à lui enlever toute envie de modifier l’article 37 de la Constitution, est de plus en plus coincé. Comme s’il sentait venir le danger, il s’est résolu à adresser, le 18 septembre dernier, une lettre au Chef de file de l’opposition. Cette lettre, dont nous avons obtenu une copie, plante le décor: «Au regard du contexte politique actuel dans notre pays, je vous invite (…) à une rencontre d’échanges autour des différentes appréciations en rapport avec la révision de la Constitution, le 23 septembre, à 11 heures, à la Présidence du Faso». Voici ce qu’ils se sont dit à huis clos.

PRESIDENTIELLE DE 2015 : Comment le CDP s’organise

Blaise en 20152015 approche à grands pas ! La présidentielle, c’est dans 14 mois. Les événements se succèdent à une vitesse grand V. Les états-majors des partis politiques s’ «enflamment» ! La tenue éventuelle d’un référendum et la probable modification de l’article 37 de la Constitution cristallisent les attentions. Mais derrière ce «froufrou» politique, le CDP, bien que n’ayant pas pour le moment un candidat officiel, peaufine sa stratégie électorale. Coup d’œil dans les tiroirs du parti. Document exclusif.

BLAISE COMPAORE, L’ARTICLE 37 ET LA PRESIDENTIELLE DE 2015 : Les confidences d’un proche du Président

BC-prestation-8ede5Le président du Faso, Blaise Compaoré, est de plus en plus coincé. Il s’est subitement rendu compte qu’un plus un ne faisaient pas forcément deux. Et qu’il fallait réinventer les modes de calculs. Il va devoir rabattre ses dernières cartes. Son projet de

PRESIDENTIELLE DE 2015 : Les Sankaristes veulent s’installer à Kosyam

SankarrrrraaaaIls ont décidé de créer une Union. Ils veulent faire bouger les lignes dans la perspective de l’élection présidentielle de 2015. Ils vont lancer leur machine le

ROUTE OUAGA-PO-FRONTIERE DU GHANA : Attention, ici, danger !

20140830 101047Alerte ! Le pont risque de s’écrouler ! Si vous empruntez la route Ouaga-Pô, faites très attention. Surtout lorsque vous êtes en voiture. Plus grave encore lorsque vous conduisez un gros camion.

ÇA CHAUFFE AU TRIBUNAL ! : Payées 45 euros (environ 29 500 FCFA) par mois, deux domestiques face à leur ex-patronne

ArgentttEntre 2007 et 2010, l'ex-compagne de Guillaume Soro, actuel président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a fait travailler des nounous burkinabè 16 heures par jour pour un salaire dérisoire. Elle comparaissait lundi au tribunal de

ASSASSINATS ET CRIMES AU PAYS DES HOMMES INTEGRES : Le livre qui dérange !

liveCe livre de 286 pages, écrit par Vincent Ouattara, va sans doute faire grand bruit. Son titre ? «L’ère Compaoré: politique, crimes et gestion du pouvoir». L’auteur a tenté de le publier en 2006. Mais cette œuvre au contenu «dérangeant», dit-on, pour le régime Compaoré, a été saisi par la douane. Introuvable donc dans les rayons des librairies. Et voilà que huit ans après, il refait surface. Avec un contenu beaucoup plus intense. Il sera disponible bientôt au Burkina. Nous l’avons obtenu. Halte sur quelques pages sombres des crimes commis au pays des «hommes intègres».

SECURITE NATIONALE : Ces véhicules suspects…

Des véhicules dont l’identité du propriétaire est fictive ? Oui, ça existe au Burkina. Le nom figurant sur le certificat de mise à la circulation n’est pas le vrai. La couleur du fond des plaques d’immatriculation et les caractères des lettres sont aussi fictifs. Illégal ? Non. Le président du Faso, Blaise Compaoré, a autorisé, par décret, cette pratique. Décryptage.

SUR LES TRACES DES MILLIARDS DE GUIRO : Acte 2

Ousmane GuiroLa mutinerie militaire de 2011 a grillé, en partie, les ailes de l’ex-D. G des douanes, Ousmane Guiro. Si les militaires n’avaient pas protesté, on n’aurait peut-être jamais su qu’il possédait des cantines contenant près de deux milliards de francs CFA. Guiro, sentant sans doute son argent en insécurité, a déposé les cantines chez

AFFAIRE EX-DG DES DOUANES : Sur les traces des milliards de Guiro

Ousmane GuiroTout était fin prêt pour que cette affaire «de gros sous, de corruption et d’enrichissement illicite» soit jugée, en juin dernier, lors des assises criminelles de la Cour d’appel de Ouagadougou. Mais le dossier a été remis dans les tiroirs. Au point qu’il commence à dégager un peu trop d’odeurs nauséabondes. Pourtant, au départ, les choses sont allées vite, très vite. La situation a mal tourné pour l’ex-DG des douanes, Ousmane Guiro, en fin décembre 2011. Ce jour-là, la Brigade de gendarmerie de Boulmiougou, guidée par une source «anonyme», perquisitionne le domicile de l’un de ses neveux. Et que voit-elle ? Deux cantines appartenant à Guiro et contenant 1 906 190 604 FCFA. Dont des devises étrangères : 78 295 euros et 30 533 dollars US. Mais aussi des armes à feu: un fusil G3, un pistolet automatique de marque Baretta calibre 9 mm, un pistolet automatique 7, 65 mm et un fusil 22 long rif. L’ex-DG des douanes, inculpé pour «corruption passive, enrichissement illicite et violation de la réglementation relative au contrôle des changes», pourra-t-il s’en sortir ? Il lui faut démontrer, pièces à l’appui, que les 1 906 190 604 FCFA ont été obtenus de façon légale. Et c’est là qu’il y a véritablement problème. Le ministère de l’Economie et des Finances a fait le point des avantages statutaires et légaux servis à Ousmane Guiro pendant les onze dernières années. Total : 483 880 492 FCFA. Et si l’on ajoute à cela les salaires nets qui lui ont été servis de septembre 1982, date de son entrée dans la Fonction publique, à décembre 2011, date à laquelle l’affaire a éclaté, la barre de l’ensemble de ses revenus légaux s’affiche à 547 924 229 FCFA. Il y a donc un gros écart entre ce montant et les fonds retrouvés dans ses cantines. Tiens, tiens, il y a aussi les cadeaux ! Selon nos sources, Guiro les brandit pour tenter de réduire cet écart abyssal. Et vous savez de quoi il s’agit ? Il recevait, dit-il, en sa qualité de Directeur général, des dons provenant des fonctionnaires des douanes. Il s’agit de gros sous : entre 15 et 20 millions de francs CFA par mois. Sans oublier les cadeaux des opérateurs économiques. Et là, les montants varient, dit-on, entre 100 000 et 5 millions de francs CFA. Au total, chaque mois, Guiro gagnait, selon ses propres calculs, des revenus allant de 50 à 60 millions de francs CFA. Mais il n’y a pas que ça.