JUSTICE : Affaire louche au Conseil d’Etat

symboles-de-justiceNotre article, intitulé «Conseil d’Etat: pourquoi le président s’accroche-t-il à son fauteuil ?», publié dans CC N° 60 du 10 juin 2014, a suscité moult commentaires dans la haute sphère du ministère de la Fonction publique. Et révélé, du coup, un gros problème concernant l’authenticité de certains documents utilisés par le président de cette juridiction, Venant Ouédraogo. A quelle date ce dernier

CAISSE NATIONALE DE SECURITE SOCIALE : Et revoilà les «5 milliards à problèmes» !

ArgentgC’est le jackpot ! De gros sous ! Des billets craquants ! Les responsables de la Société burkinabè de crédit automobile (SOBCA) ont dû crier victoire. Ils ont enfin commencé à palper, sur la base d’une délibération revue et corrigée, les «milliards à problèmes» qui avaient défrayé la chronique en 2013. La SOBCA avait en effet englouti un prêt de cinq milliards de francs CFA, déguisé en compte courant, illégalement octroyé par la

AFFAIRE SALIFOU NEBIE : Que pourra le juge Nana dans cet imbroglio ?

symboles-de-justiceC’est fait. Après moult tractations, le dossier Salifou Nébié a été confié au juge d’instruction Théophile Nana. Il a la lourde charge d’instruire ce dossier brûlant. Cette désignation du juge constitue un pas important dans la recherche de la vérité. Mais elle renferme des énigmes et suscite de grandes interrogations.

ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA, DAVID OUEDRAOGO, NORBERT ZONGO…: Vérité, où es-tu ?

sank«Mort naturelle», «Mort de sa maladie», «Mort accidentelle»… Et pourtant, c’est faux ! Décryptage de quelques dossiers sales de la République. Affaires Thomas Sankara, David Ouédraogo, Norbert Zongo, Justin Zongo, Salifou Nébié…

NOUVEAU PHENOMENE A OUAGA : Des hommes se prostituent…

IMG 9289Quand on parle de prostitution, nombreux sont ceux qui pensent à ces filles qui arpentent certaines artères de nos villes pour proposer du plaisir sexuel contre de l’argent. Mais cette vision des choses doit désormais être revue car, tenez-vous bien, les prostituées ont aussi leurs correspondants masculins. Même s’ils ne sont pas pour le moment nombreux, ils font de plus en plus parler d’eux. Le sexe masculin est bel et bien entré dans cette danse où l’argent peut dicter sa loi au plaisir sexuel. Fini donc le temps où des filles détenaient le monopole de ce marché «très prospère». Des hommes qui se prostituent, on en trouve dans certaines zones de la capitale burkinabè. L’un d’entre eux a bien voulu, sous le couvert de l’anonymat, lever un coin de voile sur cette pratique. Nous l’avons baptisé «Manadja». Témoignage exclusif.

MORT SUSPECTE DU MAGISTRAT SALIFOU NEBIE : Par des tueurs professionnels ?

Monsieur-Salifou-NEBIEIl devait en principe être à son domicile aux environs de 19h 30 mn. Mais curieusement, il s’est retrouvé sur la route de Saponé. Dans une zone obscure. Il n’avait pas l’habitude de conduire la nuit. Et ne pouvait pas quitter la ville de Ouaga, à cette heure-là, sans se faire accompagner. Sans raison valable non plus. Comment le magistrat Nébié s’est-il alors retrouvé à l’endroit où il a été tué ? Un piège lui a été, à coup sûr, tendu. La thèse de

ASSASSINATS, MEURTRES ET CRIMES AU PAYS DES HOMMES INTEGRES : La liste noire…

bfLe Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques, né après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons, le 13 décembre 1998, à Sapouy, avait dressé une liste de personnes tuées dans des conditions très troubles. Cette liste a été, au fur et à mesure, actualisée. La situation fait froid au dos. Trop de meurtres, trop de crimes, trop d’assassinats au pays des hommes intègres. Le 24 mai dernier, la mort atroce du magistrat Salifou Nébié a allongé la liste. Beaucoup d’autres citoyens burkinabè (que le Collectif contre l’impunité n’a pas pu répertorier) ont été tués dans des circonstances non encore élucidées. Il est temps que le Burkina se regarde dans la glace et arrête cette escalade violente. Car si l’on continue dans cette lancée, la paix tant vantée par les dirigeants de notre pays ne sera, en réalité, qu’une «paix des cimetières», si ce n’est déjà le cas. Voici la liste noire de 106 personnes…

BLAISE COMPAORE, APRES LE COUP D’ETAT DU 15 OCTOBRE 1987 : «Je n'ai jamais rêvé du pouvoir, et je ne m'y accrocherai pas»

bc miloSe souvient-il de ce qu’il avait dit il y a 27 ans ? Après le coup d’Etat du 15 octobre 1987, Blaise Compaoré avait affirmé qu’il n’avait pas l’intention de s’accrocher au pouvoir. Mais trois décennies plus tard, il est toujours dans le gros fauteuil de président du Faso. Il a même l’intention de s’accrocher davantage au pouvoir en faisant sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels. Combien d’années passera-t-il finalement au pouvoir ? Voici ce qu’il avait dit à notre confrère Jeune Afrique, en 1987, peu après son accession au pouvoir.

CDP : Le «grand meeting» du Stade du 4-Août reporté au 21 juin

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a dû refaire ses calculs. Il avait prévu d’infliger une «correction cinglante» à l’opposition le 14 juin prochain, en faisant une démonstration de force populaire au Stade du 4-Août. «Nous voulons remplir le stade pour montrer à l’opposition que notre force de frappe est inégalée», confie un haut responsable du parti. Le 31 mai dernier, les partis membres du Chef de file de l’opposition (CFOP) avaient organisé un «grand meeting» dans le même stade et avaient brandi un carton rouge au Président Compaoré pour lui dire «Monsieur le Président, vous ne pouvez pas rebélotter en 2015. Terminus ! Descendez et laissez la place à quelqu’un d’autre». Les opposants ont été catégoriques: «Il n’y aura pas de

POLITIQUE : Les travaux d’Hercule du MPP

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) n’entend pas se faire humilier par le parti au pouvoir. Il sait que s’il rate le tournant de 2015, la suite de son aventure politique sera une vraie galère. Il a donc décidé de déployer des équipes dans toutes les localités du pays. Une date butoir a été fixée pour terminer la mise en place des structures du parti. Tout devrait être fin prêt au plus tard le 30 juin. «Les structures nationales, régionales, provinciales, départementales, communales, et même des secteurs et des villages, mais aussi à l’extérieur» devraient être véritablement opérationnelles à cette date. Commencera alors un autre défi. La marche cadencée vers la présidentielle. La stratégie de campagne est en train d’être peaufinée dans les «laboratoires politiques» du parti.