MISE EN ACCUSATION DE PERSONNALITES DU REGIME COMPAORE : Voici les documents !

bfuneLe Conseil national de la transition (CNT) a dû revoir sa copie. Blaise Compaoré, initialement accusé de «haute trahison» et d’«attentat à la Constitution», devra désormais répondre aussi des «faits de coups et blessures volontaires, de complicité de coups et blessures, d’assassinats et de complicité d’assassinat». Plusieurs ministres de son régime sont également sur le banc des accusés. Les faits sont graves, très graves. La Haute Cour va devoir situer les responsabilités. Voici, de façon complète, les griefs formulés par le CNT contre l’ex-Président et «ses» ministres.

 

BlaiseCompaore

 

koumba bool

 

jerome bougouma

 

Jean Bertin Ouédraogo

 

 gilbert

 

josephh paré

 

bassolet djibrill

 

Arthur Kafando

 

Alain Edouard Traoré

 

Luc Adolphe Tiao

CONSEIL DES MINISTRES DU 8 JUILLET : Zida et Barry ont eu peur !

Une2Ça ne sent pas bon au sommet de l’Etat. Le Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, a dû quitter, dare-dare, le Conseil des ministres, le 8 juillet, après avoir reçu une alerte. Il n’a pas eu un simple «malaise», comme a tenté de le faire croire le ministre de la Sécurité, Dénise Auguste Barry. Selon une source proche de sa garde rapprochée, des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) s’apprêtaient à effectuer une descente pour l’extirper de la salle du Conseil. Informé, le ministre Barry a dû, lui aussi, quitter la salle. Il n’était pas allé chercher au ministère, comme il le prétend, un document dont personne d’autre ne connaissait l’emplacement. La sécurité des



SAPE ERROR: Нет доступа на запись к файлу: /htdocs/templates/yoo_flux/images/cache/4ca4a8b516e35555f199ac692b348505/links.db! Выставите права 777 на папку.