Actuellement en vente - CC N°72 du 10 au 24 Décembre - (500 FCFA)

ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA : «C’est la garde personnelle de Blaise qui a tiré»

AlounaTraoreJamais Alouna Traoré, rescapé du coup d’Etat du 15 octobre 1987, n’avait fait un déballage aussi important sur l’assassinat de l’ancien Président, Thomas Sankara. Pour la première fois, il raconte ce qui s’est passé, ce jour-là, dans la salle de réunions du Conseil de l’Entente, ce que Sankara leur a dit avant de sortir les mains en l’air. Comment aussi le leader de la Révolution d’Août et douze de ses compagnons ont été froidement abattus. Alouna Traoré pointe un doigt accusateur sur la garde personnelle de Blaise Compaoré. Et il cite, sans détour, des noms de militaires qui ont tiré. Il raconte également comment lui, seul survivant parmi ceux qui étaient avec Sankara, a fait le mort et échappé, de justesse, aux balles des mitraillettes. Il n’hésite pas non plus à décocher des flèches sur Blaise Compaoré. Et ce n’est pas tout. Interview exclusive.

 

MINISTERE DE LA SECURITE : Forte odeur de gré à gré et de surfacturation

secuPetite devinette: combien coûte une grenade lacrymogène ? 20 000 FCFA ? 40 000 ? 60 000 ? Non, c’est très peu ! La réponse, nous l’avons retrouvée dans les tiroirs du ministère de la Sécurité: chaque fois que les forces de l’ordre lancent ce petit engin au gaz suffocant pour disperser les manifestants, c’est entre 98 000 et 133 000 FCFA qui s’évaporent des caisses de l’Etat ! Et vous savez à combien est vendu le chapeau des commissaires de police ? 700 855 FCFA l’unité TTC. Sans le coût du transport. Mais, en réalité, ce même chapeau coûte 46 846 FCFA TTC. Certains fournisseurs livrent même ce produit, avec la qualité requise, à 22 200 FCFA TTC. Mais il y a plus grave que ça. Ces dernières années, les commandes faites par le ministère de la Sécurité, concernant le matériel de maintien de l’ordre, les tenues de cérémonie et autres matériels spécifiques, dégagent de fortes odeurs de surfacturation et de fraudes fiscales et douanières. Ces marchés, facturés à coup de centaines de millions, et souvent au-delà du milliard, sont octroyés de gré à gré. Et le monopole semble être tenu, de main de maître, par deux sociétés françaises, MARCK SA et SOFEXI. Avec la complicité de certains agents du ministère qui, dans leurs pratiques louches, se sont taillé une redoutable tunique d’hommes d’affaires. Enquête.

PRESIDENCE DU FASO : Un marché suspect de 77 millions de francs CFA

presiLe marché a été engagé à une vitesse grand V. Au moment où, du fait de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre, le pays était dans une situation d’incertitudes. Tout s’est passé comme si certains gourous du régime, sentant venir leur fin de règne, craignaient que de gros marchés ne leur échappent. Au cœur de la polémique, une commande de